• AMOUR, PAIX ET HARMONIE •

03 février 2019

L’ÂME GUÉRISSEUR UNIVERSEL

 

 

Résultat de recherche d'images pour "l'âme guérisseur intérieur" 

 

 L’ÂME GUERISSEUR INTÉRIEUR

 

L’Âme, principe intégrateur entre Vie et Forme, tend à faire l’harmonie entre ces deux opposés. Elle est donc le véritable guérisseur intérieur de toute forme. Les causes profondes des maladies sont diverses et dépassent la seule responsabilité de l’être humain. Mais à tous les niveaux, la maladie attire l’attention sur le travail d’évolution et de « purification » proposé par l’Âme.

La question de la guérison est aussi vieille que le monde ; elle a toujours donné lieu à des recherches et à des expériences. Aujourd’hui, la médecine scientifique fait de véritables miracles au point de nous laisser penser que l’immortalité serait possible. Et pourtant, les enseignements de la Sagesse Immémoriale affirment qu’en ce qui concerne le juste emploi des facultés et des forces curatives, le savoir en est à l’enfance. Cette affirmation se base sur le fait que dans sa grande majorité, la médecine orthodoxe considère que les maladies prennent naissance dans le corps physique dense et ignore ou sousestime les causes provenant des trois corps subtils (éthérique, astral et mental). Certes, un début de reconnaissance des mondes subjectifs, a permis, depuis un peu plus d’un siècle l’intérêt croissant pour la science de la psychologie qui n’en est encore qu’à ses balbutiements.

Mais la cause des maladies émanant du corps éthérique est, dans sa grande majorité, ignorée par la médecine conventionnelle actuelle tout autant que le rôle fondamental de l’Âme spirituelle en tant qu’agent de guérison. C’est à ce dernier point que cet article est consacré.

L’Âme est le guérisseur intérieur

Dans le livre d’Alice Bailey intitulé Guérison Esotérique, le principe de toute maladie et guérison nous est donné par la première loi de guérison énoncée ainsi  :

« Toute maladie résulte d’une inhibition dans la vie de l’Âme. Ceci est vrai de toutes les formes et dans tous les règnes. L’art du guérisseur consiste à libérer l’Âme, de manière que sa vie puisse s’écouler par les agrégats d’organismes qui composent toute vie particulière. »

Pour comprendre cette loi, il est important de rappeler que l’Esprit et la Matière ne sont pas librement reliés l’un à l’autre.

 

AME ESPRIT

 

L’Âme est le principe intégrateur qui rapproche la Vie et la Forme ou encore l’Esprit et la Matière. La maladie apparaît lorsqu’il y a un défaut d’ajustement entre ces différents facteurs ; l’Âme et la forme, la Vie et son expression, la réalité subjective et la réalité objective. Toute maladie provient donc d’un manque d’harmonie, d’une dissonance existant entre l’aspect forme et l’aspect vie. Elle est la conséquence de « l’antagonisme incessant entre l’esprit emprisonné et la forme emprisonnante ».

Ce défaut d’harmonie qui produit la maladie existe au travers des quatre règnes de la nature. Partout, les formes sont pleines d’inharmonie et mal ajustées à la vie qui les habite. Dans tous les règnes, cette disharmonie est la cause de la souffrance et de la mort.

A contrario, c’est bien l’Âme, principe intégrateur entre Vie et Forme, qui est « le véritable guérisseur intérieur » de toute forme.

Les causes des maladies

Les enseignements de la Sagesse considèrent donc que la cause des diverses maladies qui affectent la planète ne se trouve pas dans les plans denses mais provient des plans intérieurs subtils. Pour l’être humain, le corps physique dense est l’appareil de réponse de l’homme spirituel qui l’habite et les symptômes qui l’affectent ne sont que les effets de perturbations prenant leur source dans les plans subtils. Et puisque ce défaut d’harmonie entre vie et Forme existe bien au-delà de l’expérience humaine individuelle, les causes des maladies se déploient sur un vaste spectre. En ce qui concerne la santé humaine, elles proviennent de trois sources :

1. Tout d’abord, sur le plan individuel, la maladie peut trouver sa source dans la plus ou moins bonne vitalité, les sentiments, les désirs, les processus mentaux qui caractérisent les corps subtils de l’individu. Ce sont là, les maladies qui sont provoquées par les tendances de l’homme lui-même. En sus, deux autres sources dépassent ce champ individuel ;

2. L’effet sur le corps physique individuel de la disharmonie entre la Vie et la Forme de l’Humanité considérée comme un tout. Car l’être humain est une partie intégrante de l’Humanité et certains maux dont l’être humain souffre aujourd’hui sont l’effet sur lui de conditions néfastes existant dans l’Humanité dans son ensemble. Par exemple, les maladies contagieuses épidémies ou endémiques correspondent à ce cas. L’être humain individuellement n’en est pas responsable. Ces maladies ont leur origine dans le « groupe Humanité » et impliquent l’homme en vertu du karma de l’Humanité.

3. L’effet sur le corps physique individuel de la vie du Logos planétaire qui à son niveau souffre également d’imperfections et de limitations. Car aussi, étrange que cela puisse paraître, la divinité elle-même souffre d’imperfection ! Les limitations de Celui dans lequel, « nous vivons, nous nous mouvons et nous avons notre être » causent des effets dans son corps de manifestation. En tant que règne humain, nous participons donc, à cette imperfection et à cette limitation générale avec les autres règnes de la nature (règne des Âmes, règne animal, règne végétal et règne minéral). Ces faiblesses inhérentes à notre Logos et donc à la planète elle-même, ont un effet bien défini sur l’humanité, par le contact avec le sol et l’eau.

A tous les niveaux, la maladie attire l’attention sur le travail de l’Âme

L’accent est trop souvent mis sur l’idée que la maladie, la mauvaise santé et les maux divers sont l’indication d’erreurs individuelles ou d’échecs. Si c’était le cas, pourquoi existe-t-il tant de maladies ou de troubles psychiques chez les êtres qui sont clairement orientés vers la lumière ?

Certes, la maladie peut indiquer l’erreur individuelle, mais Alice Bailey affirme que pour l’aspirant sincère qui s’efforce de discipliner sa vie, elle n’est pas due à ces causes ; elle est le résultat du bouleversement provoqué par le processus d’élévation des énergies éveillées qui passent d’un centre éthérique inférieur vers un centre supérieur qui les accueille. Ainsi, l’élévation et la transmutation d’énergie provoque inévitablement des tensions et des désordres physiques. C’est la tension exercée sur le véhicule physique par ce changement de forces qui provoque la maladie.

La maladie n’est donc pas une punition. C’est ce que prône la quatrième loi de guérison :

« Les maladies tant physiques que psychologiques ont leurs racines dans le Bien, le Beau et le Vrai. Elles ne sont qu’un reflet déformé des possibilités divines.[…]

Par contre, la maladie en tant que résultante d’un défaut d’harmonie comporte des effets purificateurs car « la perfection attire l’imperfection à la surface » .

L’Âme contrecarrée, qui recherche la pleine expression de quelque caractéristique divine ou réalité spirituelle intérieure, provoque un point de friction dans la substance de ses gaines. Le regard de la personnalité se focalise sur ce point, ce qui appelle la maladie. »

L’attitude juste par rapport à la maladie implique donc de porter son attention sur ce point de friction : « Qu’est-ce que cette maladie m’apprend de moi ? Que m’oblige-t-elle à reconnaître de moi, de mes aspirations, de mes frustrations personnelles ? Que me fait-elle vivre dans ma relation aux autres ? etc. » Car, ainsi que l’avance Alice Bailey, la maladie est un processus de libération et l’ennemie de ce qui est statique et cristallisé. Elle poursuit en affirmant qu’« Un jour, la pensée humaine inversera les idées habituelles sur la maladie et l’acceptera comme un fait de la nature »

Quelle incidence cette vision spirituelle de la santé et de la maladie a-t-elle sur les méthodes de guérison ?

Quelles méthodes de guérison ?

A.Bailey recense trois moyens d’amener la guérison en précisant qu’ils ont tous trois leur place et leur valeur, selon le point d’évolution du malade.

1) Le premier moyen consiste à appliquer les palliatifs et méthodes externes qui guérissent progressivement la maladie. Ces palliatifs soutiennent la vie et entretiennent la vitalité si bien que la maladie peut s’éliminer. Parmi ces méthodes, sont citées les écoles allopathiques homéopathiques, ostéopathiques et autres écoles thérapeutiques. Elle précise que ces approches « ont fait un bon travail constructif et l’humanité doit beaucoup à la sagesse, à l’habileté, et aux soins désintéressés des médecins ». Ce qui caractérise ces méthodes est que le patient est alors passif entre les mains de tiers.

2) Le deuxième moyen de guérison est celui mis en œuvre par les psychologues. Ceux-ci cherchent à déceler les conditions subjectives de la maladie et à redresser les mauvaises attitudes de pensée, inhibitions, complexes qui produisent les maladies physiques et les désordres psychiques. Selon cette méthode, le patient coopère de son mieux avec le psychologue afin de parvenir à se comprendre luimême. Il apprend à faire échec aux situations intérieures qui causent ses troubles. Il s’entraîne ainsi à devenir positif et actif. La tendance à associer la psychologie aux traitements externes précités est saine et juste.

3) La troisième méthode est celle qui met en œuvre la méthode la plus élevée car c’est bien l’Âme qui est le véritable guérisseur. Elle consiste à faire appel à l’activité positive de l’Âme du malade.

Ainsi, la vraie guérison de l’avenir interviendra quand la vie de l’Âme pourra se répandre sans obstacle ni gêne dans toutes les formes de la nature. Terminons cette réflexion en questionnant cette approche de la guérison par l’Âme

La guérison par l’Âme

La première loi de guérison stipule que « l’art du guérisseur consiste à libérer l’Âme de manière que sa vie puisse s’écouler par les agrégats d’organisme qui composent toute vie particulière. »

La quatrième loi ajoute : « L’art du guérisseur se préoccupe de relever les regards focalisés vers le bas en les orientant vers l’Âme, qui est le véritable Guérisseur intérieur de la forme. Alors l’œil spirituel ou troisième œil dirige la force curative, et le rétablissement s’ensuit. »

La guérison est donc apportée par le fait que les regards focalisés vers la personnalité, sont réorientés vers l’Âme. A ce sujet, Alice Bailey observe qu’actuellement, par son pouvoir de pensée dirigée et son antagonisme intense contre la maladie, le malade ne tend qu’à accroître la difficulté. C’est seulement quand il réorientera sa pensée vers la vérité et vers l’Âme que les maux physiques commenceront à disparaître ». Comment comprendre cette indication ?

En vertu du principe selon lequel « l’énergie suit la pensée », nous vitalisons toujours ce sur quoi porte notre pensée, autant le meilleur que le pire ! En conséquence, si notre pensée est orientée vers ou contre la maladie… nous vitalisons la maladie ! Nous touchons là à une difficulté majeure car si nous souffrons ou si nous nous savons atteint d’une maladie grave, notre esprit tout entier risque fort d’être capté par cette dernière. C’est bien une nouvelle attitude vis-à-vis de la maladie qui est nécessaire pour aider la personnalité à se détacher et à s’intéresser non plus à la maladie mais au dessein de l’Âme à travers cette épreuve.

Ainsi, notre pensée ne doit pas être orientée contre la maladie (ce qui le vitaliserait), mais se porter sur le travail de l’Âme, ce qui renforce la vie. C’est là une différence d’état d’esprit qui est loin d’être anodine ! Nous en avons déjà des applications dans les méditations ou visualisations positives qui de plus en plus sont pratiquées en parallèle aux soins médicaux habituels dans la cure des cancers. Parmi les méthodes les plus connues, nous trouvons la visualisation créatrice de Carl Simonton ou encore de David Servan-Schreiber et celui de Grigori Petrovitch Grabovoï. Par contre, il s’agit d’être vigilent sur l’exercice proposé et sur l’état d’esprit dans lequel il va être pratiqué :

- Le malade est-il prêt à appeler l’énergie de son Âme ?

- L’exercice proposé consiste-t-il à visualiser l’attaque des cellules malades ? Si oui, le risque est gros de les vitaliser au contraire !

- L’exercice proposé consiste-t-il à invoquer l’Âme en faisant appel à son énergie qui guérit, calme, renforce la capacité à servir? Si oui, c’est la vie qui est renforcée et par conséquent la maladie qui est « dévitalisée ».

Ce ne sont que des bribes de réflexion à poursuivre… Nous le voyons, reconnaître l’Âme comme guérisseur universel, ouvre des perspectives fondamentalement nouvelles sur notre rapport à la maladie. Dès maintenant, nous pouvons en trouver des applications concrètes. 

 

 Source : http://institut-alcor.org/data/documents/Le-Son-bleu-ndeg26.pdf

 

Posté par Akbal à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 janvier 2019

MA VIE EST LE MIROIR DE MES PENSÉES ET DE MES SENTIMENTS

 

 

MA VIE EST LE MIROIR DE MES PENSÉES ET DE MES SENTIMENTS

 

PenseesIntentions3

 

Le pouvoir de l'intention consciente et des pensées inconscientes

 

Les événements et les circonstances de votre vie reflètent très exactement les pensées et les sentiments que vous émettez au cours de vos journées. Ils en sont la projection directe. 

Que pensez-vous de cette affirmation ? Qu’évoque-t-elle pour vous ?


JE CONSTRUIS MA VIE PAR MES ACTIONS

Cette affirmation en préambule à cet article peut vous sembler d’une grande évidence. Car, nous le savons communément, nous vivons la vie que nous nous construisons. Elle découle de nos réflexions.

Par exemple, si j’exerce un certain métier, c’est parce que j’ai acquis les compétences correspondantes en suivant des études et des apprentissages. Si je suis artisan ou commerçant, j’ai des clients parce que je fais le nécessaire pour les attirer; je fais connaitre mes produits par une vitrine soigneusement présentée, je mets des annonces dans la presse locale et j’anime un site web. Si je suis en mesure de déguster les produits de mon jardin potager, c’est parce que j’ai bêché dur pour préparer le terrain, et que je soigne les plantes, ou tout au moins parce que j’ai demandé à un jardinier de s’en occuper. J’ai trouvé un(e) partenaire parce que j’ai osé sortir de chez moi pour faire des rencontres ou que je l’ai fait virtuellement sur un site de rencontres internet.

Il est donc évident que je construis ma vie parce que j’agis. C’est d’ailleurs ce qu’on nous répète sans arrêt dans les médias et les discours: agissez, soyez acteurs! Le mot agir est devenu une clé pour mobiliser consommateurs ou bénévoles. On le retrouve dans les produits bancaires, les cartes de fidélité de magasins, les associations, les projets de sociétés…

Toutefois, ceux qui appellent à l’action oublient facilement que celle-ci est l’aboutissement d’un processus intérieur qui est complexe. Je réfléchis (vaguement) aux objectifs que je souhaite atteindre. Mes décisions résultent de mes réflexions et de mes choix. Donc mon monde personnel est effectivement le reflet de mes choix. Or chacun a fait l’expérience qu’un choix ne va pas toujours de soi. Il n’est pas forcément fluide et immédiat, mais peut venir après des phases d’hésitation. Nous pouvons être tiraillés dans un sens ou dans l’autre parce que nous nous sentons mal à l’aise, ou en faute, parce que nous avons un besoin de récompense ou de reconnaissance, parce que nous ne voulons pas être en échec, parce que nous voulons nous prouver quelque chose. 

Nos choix ne sont pas seulement déterminés par nos pensées, mais également par nos émotions et par les sentiments qui nous traversent. Nos actes n’ont pas le même impact s’ils s’accompagnent de conviction, de détermination et de confiance, ou à l’opposé d’hésitation, de doute ou de rage. Bien plus, mus par certains sentiments, nous agissons quelquefois à l’encontre de nos souhaits. Ou bien, nous agissons conformément à nos décisions, mais les résultats obtenus sont contraires à ce que nous en attendions.

Ainsi, nos sentiments occupent une part primordiale dans l’élaboration de notre vie. Il y a lieu d’examiner plus en détail comment des sentiments de crainte ou d’agressivité interviennent dans nos pensées et entravent la réalisation de nos souhaits.

 

CERTAINS ÉVÉNEMENTS ÉCHAPPENT À NOTRE VOLONTÉ 

 


Lorsque des personnes évoquent fièrement comment elles ont fourni des efforts productifs grâce auxquels elles ont construit leur vie, elles ne font référence qu’aux grandes lignes de leur vie, leur métier, leur famille, leur logement, etc. Or si nous portons attention aux petits événements de notre quotidien, que pouvons-nous constater? Quelle maitrise avons-nous vis-à-vis d’eux ? 
Recevons-nous à chaque instant ce que nous souhaitons de meilleur sur le plan relationnel et pour notre santé? Peut-être pensons-nous plutôt : je ne reçois pas beaucoup mais comment pourrait-il en être autrement? Je serai plus heureux au moment de ma retraite; quand les enfants seront grands, je pourrai m’occuper de moi, quand la construction de la maison sera terminée, quand les emprunts seront remboursés…

Ces pensées occupent notre esprit et nous ne percevons plus nos désirs réels, ceux qui proviennent du plus profond de nous. Des désirs de paix, de bien-être, de tranquillité, de plaisir, des envies impérieuses de sentir couler la vie en nous. Les événements se succèdent sans que nous les ayons choisis réellement, sans que nous les ayons vraiment souhaités. La majorité des événements du quotidien nous arrivent indépendamment de notre volonté. En voici des exemples.

Aujourd’hui, alors que je me rendais à mon travail en voiture, j’ai été retardé par des embouteillages. Un camion en cours de livraison était arrêté et barrait la rue. Hier, un automobiliste m’a insulté. La semaine dernière, alors que je commençais à trouver une solution novatrice pour une affaire commerciale, je n’ai pas pu me rendre à mon travail professionnel car ma fille était malade, et j’ai dû la garder à la maison. Je me régalais à l’idée d’aller au cours de chant le soir, mais le professeur l’a annulé. Le weekend en montagne a été annulé parce que les routes verglacées étaient trop dangereuses. Le premier jour des soldes, le vêtement que j’avais repéré était déjà vendu.

Est-ce que vous connaissez de telles déconvenues? Avez-vous vraiment l’impression que vous contrôlez votre vie?

Vous vivez en couple. Vous attendez que votre partenaire rentre du travail, et vous imaginez les échanges affectueux et tendres après son arrivée. Mais il arrive très en retard, tendu et fatigué par les soucis qu’il a eu dans la journée. Il ne vous accorde pas d’attention et se cale devant la télé. Vous aviez envie de partir en tête à tête avec votre partenaire à la campagne ce weekend, mais il ou elle fait la gueule et ce n’est pas envisageable.

Vous vivez seul, et c’est peut-être ce qui vous convient le mieux. Ou bien vous êtes de ceux ou celles qui soupirent parce qu’ils ne trouvent pas de partenaire qui leur convienne. Sentez-vous que votre vie est conforme à vos souhaits?

Voici d’autres exemples. Un commerçant manque de clientèle. Et pourtant, il a mis du cœur à l’ouvrage. Il croit à ses produits, les a mis en valeur par leur présentation. Il accueille ses clients dans l’écoute et avec le sourire. Il fait preuve de compétences dans la connaissance de ses produits et dans la gestion du commerce. Ses produits sont tout-à-fait adaptés au marché et d’ailleurs, ses concurrents les vendent très bien.

Une femme, belle, douce et intelligente, rencontre des hommes qui lui plaisent. Ce sont de très belles rencontres. Elle est souvent amoureuse… Et pourtant, systématiquement, tous les hommes qu’elle rencontre ne sont pas disponibles pour elle. Ils sortent avec une autre ou sont mariés. Pourquoi?

Pourquoi ça ne marche pas? Qu’est-ce qui se passe? Pourquoi les vies de ces personnes ne correspondent-elles pas à leurs actions?

On ne peut nier la valeur de l’action, elle est absolument nécessaire. Mais elle ne suffit pas. Des éléments autres que la volonté interviennent pour créer notre vie, indépendants des actes que nous posons. Ils sont plus puissants que la volonté elle-même. Ce sont des pensées inconscientes, ainsi que des émotions et des sentiments plus ou moins conscients.

Par exemple, pour cette femme citée, une pensée inconsciente est logée en elle: si je m’associe à un homme, j’abandonne ma maman, je suis indigne. Pour le commerçant, c’est un jugement qui est inscrit en lui comme un programme: si je réussis et que j’accumule des richesses, je passe dans le clan des riches, c’est une trahison familiale. Pour d’autres, ce sera: j’ai peur de ne pas tenir ma responsabilité, de ne pas être à la hauteur; je ne mérite pas d’être mis en lumière, de recevoir des éloges. Ces pensées puissantes qui agissent en nous, ce sont des croyances, des scénarios, des programmes de vie qui nous ont été inculqués dans notre enfance ou plus tard et qui se sont imprimés en nous à notre insu. Ces scénarios nous abaissent ou nous valorisent, ce sont des programmes négatifs ou positifs.

L’existence de ces déconvenues nous oblige à admettre que la vie n’est pas conforme à ce que nous souhaitons et que les événements surviennent de façon incontrôlée. Mais, en toute logique, des événements tout à fait agréables et heureux peuvent aussi nous arriver de façon complètement inattendue, liés à nos scénarios positifs: le sourire d’un passant, un livre acheté par hasard, une rencontre surprenante, un coup de fil qu’on n’attendait pas, une émission de télé qui nous donne un coup de cœur pour un pays ou une activité - des coups de chance, des coups de cœur

Les événements de notre vie n’arrivent par hasard. Ils sont reliés à nos pensées (le plus souvent inconscientes) et aux émotions qui leur sont associéesDe quelle façon, par quel processus? C’est ce que nous examinons dans cet article. Nous apprendrons également comment rendre conscientes ces pensées et émotions inconscientes. Nous pourrons alors les transformer afin de créer une vie qui soit à l’image de nos aspirations les plus élevées. Une vie que nous choisissons réellement.

 

LES ÉVÉNEMENTS DE MA VIE SONT LA PROJECTION DE MES PENSÉES

Les circonstances et les conditions de notre vie ne se produisent pas selon que nous avons de la chance ou pas de chance. Pas plus qu’elles ne sont ordonnées par un Dieu ou des dieux qui nous mettent à l’épreuve, nous récompensent ou nous punissent. Elles ne sont pas non plus le résultat direct de nos actions.

Ce que nous vivons dans notre quotidien, dans les domaines de notre santé, de notre profession, de nos finances, de nos relations, etc. est la représentation sous forme physique de nos pensées. Ce que nous vivons est le résultat physique du magnétisme de notre espritCe qui nous arrive, c’est nous qui le créons, consciemment ou inconsciemment. 

Notre esprit fonctionne comme un aimant. Il gère des pensées abstraites, des concepts, des croyances, des envies, des peurs. Ces pensées attirent la “matière” qui les revêt d’une forme physique. Des approches scientifiques étudiant l’influence de la pensée sur l’organisation de la matière sont rapportées en fin de cet article. 

On peut aussi donner l’analogie suivante: le monde “réel” (physique) est un écran holographique en 3D tout autour de nous, sur lequel un film est projeté. Ce film est une représentation du contenu abstrait de notre esprit. La science-fiction a intuitivement saisi cette vérité et en a tiré parti dans certains ouvrages et films. 

Affirmer que ce que vous vivez soit la projection de vos pensées peut vous paraitre difficile à accepter, car cela semble en contradiction avec ce que vous ressentez. Ce que je vis actuellement est pénible et douloureux, je ne le veux pas, ce n’est pas possible que ce soit moi qui le crée. Pourtant, c’est bien le cas, mais cela se passe en-dehors de votre volonté. Votre cerveau est parcouru de pensées que vous ne percevez pas, enfouies dans votre inconscient, des idées, des croyances, des jugements sur vous-même et sur le monde. 

Une deuxième objection peut vous venir à l’esprit. Ces phénomènes que je suis censé créer autour de moi dans le monde réel, je ne suis pas le seul à les constater, ils sont une réalité pour tout le monde. Ce sont des événements objectifs qui existent en-dehors de moi. Mes proches, ma communauté, peuvent en témoigner également. Pourquoi serait-ce moi qui les crée? Il est exact que certains événements affectent toute la communauté familiale, la communauté locale ou nationale, ou l’humanité entière. Ils sont le produit du magnétisme de pensées émises par l’ensemble de la collectivité. 

Mais ce qui est crucial, c’est comment chacun ressent personnellement l’événement collectif selon sa sensibilité. L’un restera un observateur compréhensif et paisible alors qu’un autre se sentira menacé ou lésé, et qu’un autre encore se sentira stimulé pour éclaircir ou modifier certaines facettes de sa vie. Ce qui importe dans votre vie, si vous réfléchissez bien, ce n’est pas l’événement en soi, mais bien comment il vous affecte, de façon heureuse ou pénible. Vous ne créez pas l’événement collectif lui-même, mais vous créez votre situation relative à cet événement.

Victimes de catastrophes naturelles, pourquoi?

Certains événements dramatiques semblent nous frapper de façon aléatoire et injuste encore plus que les autres: catastrophes naturelles, inondations, incendies, sécheresses, tempêtes, séismes.. La loi d'attraction magnétique s'applique-t-elle aussi dans ce cas? En quoi nos émotions négatives individuelles peuvent-elles avoir un rapport avec des catastrophes qui affectent toute une communauté? Ne sommes-nous pas alors de malheureuses victimes du sort?

Le fait est que chacun se trouve dans une position spéciale et personnelle au moment d'une catastrophe et qu'il réagit à sa façon. C'est notre présence plus ou moins distante du lieu de cette catastrophe qui est en rapport avec notre état intérieur. Ainsi, certains qui étaient endormis par des futilités médiatiques et sociales prendront conscience de ce qui est essentiel dans leur vie. D'autres seront amenés à transformer leur vision sur la possession, l'attachement, la mort. Ceux qui sont épargnés seront touchés par la souffrance des victimes, et en eux se réveilleront des élans de solidarité et de compassion, des capacités d'initiative ou de rassembleurs, en réaction à l'égoïsme habituel.

En présence de tels événements douloureux, nous avons donc le choix de céder à la peur, à la panique et au désespoir, ou bien de rester centrés sans nous laisser déstabiliser. Nous pouvons observer nos réactions et nous interroger sur la façon la plus juste d'être et d'agir.

 

LA MANIFESTATION PHYSIQUE DE MES PENSÉES EST CONTRÔLÉE PAR MES SENTIMENTS




C’est notre réaction émotionnelle, la façon dont nous sommes affectés agréablement ou désagréablement, qui détermine la manifestation concrète d’une pensée inconsciente ou d’un désir conscient. La loi physique est que la pensée va être réalisée, non en accord avec la formulation du désir lui-même, mais conformément aux émotions et aux sentiments qu’il suscite intérieurementVoici comment.

Toute pensée suscite en nous une réaction émotionnelle, même légère. Exemple: Je vais bientôt déménager. A cette idée, je peux associer le ras-le-bol de mon appartement actuel, le soulagement d’être débarrassé du bruit environnant actuel, la peur de la fatigue engendrée, l’appréhension de ce que je vais trouver dans ma nouvelle résidence, la joie d’un meilleur environnement. Donc, à une même information, nous pouvons réagir émotionnellement de façon très diverse.

C’est le sentiment que nous éprouvons par rapport à notre désir qui détermine la forme matérielle qui se manifeste en réponse à ce désir. C’est notre ressenti qui est le véritable message que nous envoyons à l’univers. La pensée d’un désir s’imprime comme un nouveau potentiel de réalisation, mais c’est le sentiment correspondant qui est notre véritable pouvoir magnétique d’attraction. Selon que le sentiment correspondant est positif ou négatif, il attirera la réalisation de la pensée ou son contraire. Il est indispensable de comprendre cette loi pour comprendre comment nous créons notre vie, le plus souvent à notre insu.

Ce point fondamental n’a pas été mis en lumière ni même mentionné dans la plupart des ouvrages traitant de pensée positive, de visualisation créatrice et de loi d’attraction. C’est le message le plus important de cet article. Je le dois aux écrits de Esther et Jerry Hicks, ainsi qu’à ceux de Soria et d’autres.

Des exemples pour mieux comprendre

Si vous passez du temps à ruminer dans votre tête une chose que vous n’aimez pas, vous allez attirer la chose que vous n’aimez pas. Par exemple si vous redoutez la rencontre avec une personne détestable, et qu’à cette idée vous ressentez de la colère vis-à-vis d’elle, vous allez non seulement attirer cette rencontre, mais de plus elle sera conflictuelle. En effet, à l’idée de la rencontre, vous émettez un sentiment négatif. Vous attirez donc l’événement et l’émotion négative associée.

Quand vous pensez à quelque chose que vous ne désirez pas, comme le cancer par exemple, et que vous ressentez l’émotion négative que vous appelez l’effroi ou la peur, les deux sont en harmonie, et ce cancer est alors en voie de se manifester… Lorsque vous pensez à quelque chose que vous désirez vraiment, une parfaite santé par exemple, et que vous sentez une émotion positive de paix et de joie, il y a harmonie et cette santé parfaite est en voie de se manifester. (E.&J.Hicks, Le pouvoir de créer) 

La différence des formulations semble subtile sur le plan de l’idée, les deux exprimant le même désir, celui de la santé. Mais elles sont fondamentalement différentes sur le plan du ressenti, car l’une est négative et l’autre positive. Si vous formulez que vous voulez une santé parfaite, tout en ressentant la colère qu’elle ne vous soit pas accordée, alors les deux ne sont pas en harmonie, et votre désir ne sera pas exaucé. Si vous désirez une chose, sa manifestation dépend de l’émotion que vous éprouvez. Si vous ressentez le manque et la frustration de ne pas avoir cette chose, alors vous attirez le manque de cette chose. 

Voici d’autres exemples. 

Vous voulez absolument un(e) partenaire parce que vous vous sentez seul(e), vous en ressentez le manque et vous êtes triste ou en colère: attendez-vous à rencontrer des personnes qui vont créer en vous le manque, la colère et la tristesse. Et - remarquez comme c’est puissant - votre expérience vous renforcera dans votre sentiment négatif. Vous y trouverez la confirmation que personne ne veut de vous, ou que vous ne pouvez faire confiance à personne. Si vous avez tenté de vous représenter dans les détails l’objet de votre désir, vous en conclurez que la technique de visualisation ne fonctionne pas. Si vous pensez que vous n’êtes pas beau, si cela vous obsède, vous le devenez et vous attirez des remarques qui vous le confirment. Si vous constatez que vous êtes pauvre, et que vous en nourrissez du ressentiment ou de la peur, vous entretenez la pauvreté ou vous l’attirez vraiment. Au cours de nos journées, des centaines, des milliers de pensées de désirs nous traversent, très fugitives. 

Plus une pensée nous revient en tête, plus elle nous occupe l’esprit, et plus elle attire sa manifestation correspondante. Si nous sommes préoccupés par la crainte de ce qui peut nous arriver de nocif, nous envoyons un message de crainte à l'Univers et il nous renvoie ce que nous voulons éviter. Mais nous pouvons apprendre à modifier nos sentiments en changeant notre regard sur les événements et les personnes. Nous pouvons l’orienter vers l’estime, la joie, la gratitude, et dans ce cas, nous attirons des événements qui nous procurent fierté, joie et gratitude.

Magnétisme des émotions

Par quel processus une pensée peut-elle générer une manifestation concrète dans la matière? La clé est l’état vibratoire que cette pensée provoque en nous. 

Tout moment de vie, toute pensée, toute expérience que nous vivons engendrent une émotion en nous. Par exemple, si je vous dis: Demain je viens vous rendre visite, c’est une information que je vous donne (niveau intellectuel), qui crée une réaction émotionnelle (niveau émotionnel). Cette émotion vous est complètement personnelle, vous pouvez en être heureux, indifférent ou contrarié. L’émotion, ou le sentiment, c’est le degré de plaisir ou de déplaisir. Les émotions les plus simples, ce sont Ça me plait ou Ça ne me plait pasC’est agréable ou Ça me rebute.

Or notre corps traduit immédiatement une réaction émotionnelle. L’émotion est un mouvement d’énergie dans le corps, qui engendre des tensions et des rigidités, ou de la détente et de la fluidité. Si quelqu’un se trouve à côté de nous, il ressent notre état émotionnel. Il sent si nous sommes calme ou nerveux, pacifique ou en colère, grincheux ou ouvert. Notre corps émet les vibrations de notre état émotionnel, et notre environnement le perçoit.

Ces vibrations agissent comme un champ magnétique qui attire les circonstances et les événements que nous vivons. La pensée est un principe organisateur qui inscrit une trame quasi-abstraite dans la matière subtile. La manifestation concrète a lieu sous l’effet de l’attraction de la matière par l’état émotionnel. La matière physique habille la trame, lui donne forme, comme un artiste décorateur qui habille d’étoffes, de mousses et d’argile la structure en fil de fer quasi-abstraite qu’il a conçue.

 

L’OBSERVATION DE MA VIE ME RÉVÈLE MES SENTIMENTS INCONSCIENTS

 


Puisque les événements déplaisants de notre vie sont attirés par les sentiments négatifs qui sont associés à nos désirs, inversement nous pouvons examiner attentivement ces événements afin de découvrir quels sont les sentiments négatifs qui les ont générés. La compréhension de la relation entre les manifestations de notre vie et nos sentiments est un outil formidable. Nous pouvons en tirer parti pour connaitre les parties cachées de nous qui limitent l’expression de notre plein potentiel. Nous pouvons nous servir des circonstances de notre vie comme d’un miroir pour découvrir nos profondeurs inconscientes et au besoin les transformer.

Chaque événement désagréable qui survient à notre insu peut être considéré comme un signal. Il raconte quelque chose de nous. Nos déconvenues sont un appel de nos parties occultées qui demandent à être mises en lumière et transformées. Cet appel se reproduit tant que nous l’ignorons, tant que nous ne prenons pas le temps de le reconnaitre, le comprendre et en tirer les leçons. Ainsi, les déconvenues sont des outils majeurs de notre évolution vers un potentiel plus grandOr l’évolution vers la pleine réalisation de soi est l’essence de notre vie.

Ce sont les déconvenues qui nous causent apparemment le plus de tort ou de souffrance qui nous appellent le plus fort. Nous sommes beaucoup plus interpellés par ce qui nous tracasse, nous contrarie ou nous fait du mal que par les événements paisibles. Afin d’éclairer comment nous pouvons décoder les événements de notre vie, petits ou grands, et comprendre ce qu’ils veulent nous enseigner, voici quelques exemples.  

Ma peur du manque attire le manque

Reprenons le cas évoqué plus haut du commerçant qui n’a pas de clients malgré ses efforts. S’il veut comprendre les causes de sa situation, il devra examiner ce qu’il ressent par rapport à elle. Il trouvera peut-être un ensemble d’impressions diverses, mais la plus immédiate, celle qui le tracasse le plus, c’est la peur de manquer d’argent et de ne plus assurer la subsistance de sa famille. Il doit donc reconnaitre cette peur et comprendre qu’elle attire justement des situations de manque.

Suite à ses difficultés financières, il entend parler de techniques de visualisation créatrice et il entreprend de se visualiser régulièrement dans l’abondance financière. Pourtant rien ne se produit, rien ne change car il ne prend pas en compte son sentiment de manque dans sa visualisation. Il est dégoûté et découragé. Il se sent victime d’injustice sociale, abandonné par la vie. Au sentiment de manque, s’ajoutent ceux d’abandon et de dévalorisation de soi. Cela ne fait qu’attirer de nouveaux déboires d’injustice et renforcer son ressentiment vis-à-vis de son entourage, de ses concurrents et des autorités sociales.

Lorsque nous sommes en situation de manque d’argent, manque de reconnaissance ou d’attention, manque d’amour, nous ne prêtons pas suffisamment d’attention à notre sentiment intérieur de manque et de ressentiment. Le plus souvent, par réflexe, nous transférons immédiatement notre pensée sur l’extérieur. Nous accusons les autres, nos proches, les concurrents, les patrons, les hommes, les femmes, la société, le gouvernement. Cette attitude ne fait que renforcer le manque et nos ressentiments.

Pour changer la situation, nous devons reconnaitre qu’elle est issue de nous-même, qu’elle est attirée par notre sentiment de manque, de frustration, d’injustice, de dévalorisation, de peur d’abandon. Il ne sert à rien de rejeter et nier ces sentiments, bien au contraire. C’est en les accueillant sans jugement que nous pouvons les transformer en sentiments de confiance et de liberté qui attireront l’abondance, comme décrit plus bas.

Situations d'échec et crainte de ne pas en faire assez     

Voici un deuxième exemple. Une personne se dirige en voiture vers le lieu de son travail professionnel, lorsqu’elle est heurtée par une autre voiture qui n’a pas la priorité et qui lui provoque d’importants dégâts. Or cette personne se rendait à un rendez-vous professionnel important et elle en est très contrariée. Elle est désespérée de rater ce rendez-vous dont elle attendait tant. Elle se met en colère contre le conducteur de l’autre voiture et l’accuse de cette situation désagréable.

En reportant la faute sur l’autre, elle ne fait que renforcer son émotion négative, ce qui va lui attirer d’autres circonstances désagréables où elle aura l’occasion d’être à nouveau désespérée et en colère. Il serait beaucoup plus profitable qu’elle accueille l’événement comme un message. Sur le moment, dans le feu de l’action, elle n’est peut-être pas en mesure de le comprendre, de le décoder. Mais elle peut prendre une attitude d’écoute, d’acceptation. D’accord, cet événement veut me dire quelque chose, quelque chose de moi que je n’écoute pas et qui est important. Je vais m’y intéresser.

Ce changement de regard est crucial. Il suffit à transformer immédiatement son émotion et à briser l’enchainement de ses sentiments négatifs. Apaisée, elle attirera à elle d’autres types de solutions. Il est possible qu’un collègue passe justement à ce moment et lui vienne en aide. Ou bien, que la compagnie d’assurance lui procure immédiatement des moyens de remplacement.

Plus tard dans la journée, elle pourra aller plus loin dans son évolution en portant attention à toutes les pensées récurrentes qui sont associées à l’événement. Car tant que le message ne sera pas compris, l’événement va se reproduire sous d’autres formes. Par contre, s’il est décodé et que des mesures de repositionnement sont prises, il n’a plus lieu d’être.

Cette personne travaille sans relâche, sans prendre de repos, au détriment de sa santé. Pourquoi ne prend-elle pas le temps de satisfaire les besoins de son corps? Parce qu’elle craint que sa société ne s’en sorte pas vis-à-vis de la concurrence si elle en fait moins. Parce qu’elle craint que ses supérieurs ne la considèrent pas à sa valeur si elle ne réussit pas. Autrement dit, elle est mue par des sentiments de peur, peur de l’échec, peur de ne pas être bien considérée, et ces sentiments lui attirent des déconvenues.

Ces déconvenues sont un appel salutaire de son Être intérieur qui lui demande de l’écouter. Il lui demande d’abord d’écouter le besoin de repos de son corps. Il lui demande aussi de se débarrasser des sentiments de sous-estime de soi qui la limitent. Sans voiture pendant quelques jours, elle subit une immobilité forcée qui l’obligera au repos et la mettra face-à-face avec elle-même, ce qu’elle avait toujours évité.

Chaque fois que vous ressentez une émotion négative, votre Être intérieur vous signale deux choses. D’abord, il vous dit qu’il y a là quelque chose d’important pour vous et ensuite, que vous dirigez votre attention à l’opposé de ce que vous désirez. (E.&J.Hicks, Le pouvoir de créer)

Comment décoder les messages de notre vie? Souvent, la réflexion personnelle peut suffire à comprendre le sens de nos émotions négatives. Toutefois, l’échange avec une autre personne, un ou une amie, favorise grandement la réflexion. Quelquefois, les sentiments négatifs sont complexes, douloureux ou ancrés profondément, et nous avons des résistances à les mettre à jour. Dans ce cas, l’aide d’un thérapeute formé à cette écoute peut être nécessaire pour décortiquer les sentiments négatifs, comprendre leur raison d’être, les transmuter et développer les aspects positifs de soi. 

 

JE SUIS RESPONSABLE DE MES DIFFICULTES 

Comprendre que les circonstances et les événements de notre vie proviennent de nous-même et pas des autres ou du hasard est une avancée cruciale dans notre évolution. C’est un changement radical du regard que nous portons sur le monde et sur nous-même.

Nous ne pouvons plus accuser les autres de ne pas répondre à nos attentes et de nous nuire. Nous découvrons qu’ils ont été mis sur notre route dans une intention particulière. Ils jouent le rôle d’acteurs qui mettraient en scène les pièces nécessaires à notre évolution (sans qu’ils le sachent). Et réciproquement, nous sommes des acteurs pour les autres.

Aussi, non seulement, nous ne pouvons plus les accuser de nos difficultés, mais bien au contraire, nous pouvons les remercier de leur participation, volontaire ou non, à notre évolution. Il est possible de remercier mentalement, mais c’est encore mieux si les circonstances nous permettent de le faire verbalement aux personnes.

De la même façon, nous pouvons accueillir les défis de notre vie comme de grandes opportunités d’évolution pour nous. Ces opportunités, si elles sont saisies, nous conduisent à développer nos potentiels et à nous épanouir. Nous pouvons aussi remercier ces situations.


CREEZ LA VIE MAGNIFIQUE DONT VOUS RÊVEZ

A ce stade de notre étude, nous savons comment tirer parti des circonstances de notre vie pour transformer nos zones d’ombre et nos émotions négatives. C’est un outil merveilleux qui peut nous emmener très loin et nous satisfaire. Or cela ne constitue qu’une première étapeNous pouvons aller encore plus loin dans la maitrise de notre vie afin de créer les conditions idéales de notre bonheur. Avec ce nouvel outil (le magnétisme des émotions) utilisé en CONSCIENCE, nous pouvons recevoir beaucoup plus de la vie. La deuxième étape consiste à apprendre à utiliser cet outil pour créer la vie la meilleure dont nous puissions rêver.

Si cette perspective est très prometteuse, voire excitante, elle n’est pas si facile à mettre en oeuvre. D’abord, elle va à l’encontre de nos idées habituelles. Je n’y crois pas. De plus, nous sommes tellement habitués à nous occuper de nos tâches et aléas du quotidien que cette liberté d’esprit qui nous est proposée peut nous apparaitre comme un grand vide que nous ne savons pas combler. Nous ne savons pas définir ce que nous voulons vraiment au-delà de quelques améliorations immédiates. Nous ne sommes pas éduqués pour cela. C’est un peu comme si la fée des contes vous rend visite et vous demande: “Je peux réaliser 10 voeux pour toi. Que désires-tu?”.

Réhabilitez l'imagination

Pas de panique, il n’y a pas urgence.

Prenez le temps de respirer. Prenez le temps de réfléchir à vos souhaits. Posez vos idées par écrit, cela leur donnera plus de consistance et d’autres idées vous viendront par association. Écrivez aussi bien les grandes lignes directrices de vos souhaits que des petits détails. Rectifiez-les, complétez-les au fur et à mesure qu’il vous vient une idée. Prenez le temps de les concocter peu à peu par touches successives, laissez-les macérer, murir, s’affiner.

Pour stimuler votre imagination et vous guider dans votre recherche, vous pouvez vous poser des questions comme celles-ci: Dans ma vie passée, quels sont les moments, les circonstances, les situations, les activités, qui m’ont apporté de la joie, de la paix, de la gaité? Dans ces moments, quels sont les ingrédients qui ont contribué à cette joie? Ne sont-ce pas ces ingrédients que je souhaite trouver dans ma vie? Qu’est-ce qui me plairait d’avoir autour de moi, de faire, de recevoir, de donner, de ressentir lorsque je suis seul? Lorsque je suis avec d’autres? Quel genre de personnes aimerais-je côtoyer, rencontrer? Dans quelles situations? Dans quelles circonstances m’arrive-t-il, même pour un bref moment, de sentir pleinement la vie, et d’oublier tous mes soucis?

Une fois posés vos souhaits, ne vous préoccupez pas de la façon dont l’univers va répondre. C’est un peu comme si vous lui imposiez vos idées, que vous le confiniez dans vos propres opinions, alors que l’univers a bien plus de ressources que votre cerveau ne peut concevoir. Une telle préoccupation est dictée à nouveau par vos doutes, par vos idées reçues. Comment pourrai-je trouver les moyens? Ai-je le droit? Y en aura-t-il pour tout le monde? Si vous émettez des sentiments d’inquiétude et d’incrédulité de cette sorte, rappelez-vous, ils attireront l’inquiétude et la difficulté de mise en oeuvre.

Imaginez, imaginez librement, rêvez sans limite. Ne vous souciez pas de la façon dont tout cela peut être mis en place. Débridez votre imagination. L’organe de l’imagination a été endormi et vous devez le réactiver. 

On vous a appris à penser logique, on vous a appris que l’imagination était pour les rêveurs, pas pour les hommes d’action. C’est tout le contraire. Tant d’entre vous ont été des rêveurs depuis leur venue en cette vie. On vous l’a reproché, on vous a même punis pour cela… Rêver fait partie de l’imagination… L’imagination n’est pas sous le contrôle du mental ici. Le mental doit être hors circuit pour que l’imagination se mette au travail. C’est de l’imagination, mais c’est réel, plus réel que la réalité humaine. Votre société vous apprend à mettre l’imagination au rebut, à la discréditer. Il est temps de lui rendre sa place légitime. (Extrait de L’imagination par G. Hoppe)


Les étapes du processus de création

Comme l’univers répond à votre vibration et non à ce que vous vivez présentement, des choses étonnantes jamais vécues auparavant se manifesteront peu à peu dans votre existence. D’après nos observations, la chose qui vous fait le plus souvent trébucher est la suivante: le contraste [entre les expériences agréables et désagréables que vous vivez], pourtant nécessaire et utile pour vous aider à susciter la montée de désirs nouveaux en vous, fait souvent apparaitre toutes sortes d’énergies confuses. En général, pour savoir si vous voulez quelque chose, il vous faut déjà avoir une assez bonne idée des détails et des événements qui vous ont aidé à identifier ce que vous ne voulez pas.

Autrement dit, quand exprimez-vous avec clarté le désir d’être bien? N’est-ce pas habituellement lorsque vous ne vous sentez pas tellement bien? Quand avez-vous le plus fortement envie d’avoir davantage d’argent? Sans doute quand vous n’en avez pas assez. Ainsi, c’est lorsque la confusion règne en vous que vous avez le plus grand besoin de clarté. C’est lorsque l’accablement vous envahit que votre désir de sérénité est le plus grand. Et c’est lorsque vous vous ennuyez que votre besoin de stimulation devient le plus fort…

Le processus de créativité comporte 3 étapes. Premièrement, vous demandez, ce qui est facile puisque vous le faites constamment. Deuxièmement, une réponse est apportée à votre requête, ce qui ne vous concerne pas puisqu’elle provient de l’énergie Source. Troisièmement, vous devez consentir à recevoir ce que vous avez demandé.

Il est important de bien comprendre la différence entre la première étape et la troisième. Lorsque toute votre attention est focalisée sur une chose dont vous avez besoin ou que vous désirez vraiment, ou lorsque vous priez pour obtenir cette chose, il est fréquent que la vibration émanant de vous ne corresponde pas à la chose désirée et qu’elle soit plutôt en résonance harmonique avec l’absence de cette même chose.

Lorsque toutes vos factures arrivent en même temps, que vous n’avez pas assez d’argent pour les payer, que la panique s’empare de vous et que vous vous dites: “J’ai besoin de plus d’argent” ou, de façon plus positive, “Je veux plus d’argent”, vous en êtes alors à la première étape, celle d’exprimer votre désir. Mais vous n’êtes pas en mode réceptif, lequel correspond à la troisième étape. Vous maintenez une distance entre votre demande et vous. Vous demandez continuellement, incapable de vous arrêter, car le contraste entre la situation actuelle et la situation recherchée fait naitre un désir en vous. Vous devez trouver un moyen de vous mettre en mode réceptif, comme si vous vouliez recevoir un signal radio. Extrait de: Créateurs d’avant-garde, E.&J. Hicks

 

CONCENTREZ-VOUS SUR L’ÉTAT DE MIEUX-ÊTRE QUE VOUS DÉSIREZ 

 

Même si vous-même ne savez pas vraiment ce que vous voulez, votre être intérieur, lui, le sait. En effet, chaque fois que vous avez été mécontent d’une situation, il a enregistré ce mécontentement et il a aussi enregistré le désir que vous aviez d’un autre type de situation, peut-être la situation opposée.

Avez-vous déjà observé par quel moyen vous pouvez vous rendre compte qu’une chose ou une situation vous plait ou non? Par quelle faculté de notre corps sommes-nous capables de percevoir le plaisir ou le déplaisir, la satisfaction on l’insatisfaction? Avez-vous porté votre attention sur ce que vous ressentiez à ce moment dans votre corps? Si ce n’est pas le cas, je vous engage vivement à le faire, vous apprendrez beaucoup sur vous et ce que vous êtes réellement. Voici ce que découvrirez probablement.

Lorsque quelque chose nous déplait, cela provoque en nous des crispations musculaires, peut-être dans la mâchoire, ou dans le ventre, dans le thorax. En fait cela peut se traduire par des tensions en n’importe quelle partie du corps. Inversement, vous percevez que quelque chose vous convient lorsque, même seulement en l’évoquant en pensée, vous sentez de la légèreté, du soulagement, de l’ouverture, une sensation d’extension. Vos yeux se dilatent et brillent. 

Vos sentiments et vos sensations vous disent clairement ce qui est en accord avec vos désirs profonds et ce qui ne l’est pasCe sont des outils extraordinairement puissants auxquels on n’accorde pas la valeur qu’ils méritent. Ils vous mènent à votre essence profonde. 

Lorsque vous désirez quelque chose, concentrez-vous sur l’état de soulagement, de légèreté, de joie ou de paix que vous désirez ressentir avec cette chose. C’est beaucoup pus important que la chose elle-même. Ce ne sont pas les actions que vous entreprendrez qui vous apporteront la réalisation satisfaisante d’un souhait, c’est l’attention que vous porterez à ce que vous désirez ressentir. La clé de la création efficace est que votre projet suscite envie, joie, tranquillité, ou enthousiasme. 

Par exemple, supposons que votre désir soit de trouver un nouveau logement plus grand et plus clair. Tout d’abord, demandez-vous si ce projet vous convient, en vous centrant sur les sentiments que cela vous apportera lorsqu’il sera réalisé. Sont-ce des sentiments de liberté, de joie, de paix, de légèreté, d’amour, d’expansion? Sentez-vous une amélioration de votre état? Cette question préalable est importante. Si la réponse est non, cela signifie que ce n’est pas votre réel désir, mais qu’il est l’expression d’un autre désir caché, à découvrir. Si la réponse est oui, alors, concentrez-vous sur ces sentiments et sentez que c’est votre réel désir.

A l’opposé, si, tout en pensant à votre désir d’un nouvel appartement, vous concentrez votre pensée sur tous les inconvénients du logement actuel, vous attirez le désagrément et vous ne trouverez pas de logement. Oubliez complètement l’actuel et focalisez-vous entièrement sur ce que vous voulez vraiment.

Car, réfléchissez bien, pourquoi voulez-vous créer un nouvel environnement, sinon pour ressentir un mieux-être? Lorsque vous désirez réaliser une chose (avoir une nouvelle habitation, un nouveau métier, entreprendre un voyage, rencontrer un(e) partenaire), observez que ce que vous souhaitez vraiment, ce n’est pas la chose pour elle-même (maison, métier, voyage, partenaire), mais bien l’état intérieur, le sentiment de mieux-être que cette chose vous procure. Sentez que le mieux-être est votre véritable objectif. En conséquence, centrez votre demande sur l’état d’être plutôt que sur la chose qui le procure.

Les obstacles à la réalisation de vos souhaits

La mise en place de vos souhaits peut être quasi-immédiate ou prendre du temps. Il se peut que des rencontres de personnes ou d'informations soient mises sur votre route et vous apportent les éléments dont vous avez besoin pour agir. Inversement, cela peut être retardé. Cela signifie que vous n'êtes pas prêt à recevoir l'objet de votre désir. Il est là virtuellement, réservé pour vous, mais attend que vous puissiez être en paix avec lui.

La réalisation de nos souhaits peut être perturbée par d’autres pensées, négatives, des petits saboteurs intérieurs en quelque sorte. Ne pas être prêt à recevoir, cela ne veut pas dire que nous sommes incapables de gérer la situation. Cela indique simplement que nous recelons encore en nous, cachés dans des recoins de notre inconscient, quelques peurs et croyances qui opèrent à notre insu.

Il nous reste à les débusquer par le processus exposé plus haut. Nous retournons donc à la première étape de notre transformation (observer notre vie pour découvrir les zones d’ombre et les guérir). Plus exactement, nous effectuons des va-et-vient multiples entre la première étape et la deuxième (imaginer nos souhaits pour créer notre vie idéale). En réalité, elles sont liées et peuvent avoir lieu simultanément.

  

REDONNEZ SANTÉ ET VITALITÉ À VOTRE CORPS


Parmi nos souhaits contribuant à une vie meilleure, la santé et la vitalité de notre corps tiennent une place particulièrement importante. Tout ce que nous avons expliqué sur les circonstances de notre vie s’applique tout autant à nos troubles de santé: ils n’arrivent pas par hasard. Ils sont en rapport direct avec le regard positif ou négatif que nous portons à notre corps.

La dégénérescence des fonctions du corps avec la vieillesse est la conséquence des angoisses et des pensées négatives que nous avons vis-à-vis de notre corps depuis notre plus jeune âge. Nos ressentiments, nos irritations, les jugements négatifs et les dépréciations que nous portons sur les autres mais surtout sur nous-même, sont autant de facteurs d’accélération du vieillissement et des pertes de mémoireDes pensées qui nous abaissent telles que je suis vieux, je suis vieille sont à proscrire.

Les peurs et angoisses s’incrustent dans le corps jusqu’au niveau cellulaire sous forme de rigidités, de cuirasses et de vides énergétiques. Les hormones sont un des moyens de transmission entre la pensée et le corps. Le taux d’hormones est directement influencé par la pensée. Les hormones sont produites par les glandes endocrines, qui elles-mêmes sont en relation avec les chakras. Il y a donc un lien entre la pensée, le fonctionnement des chakras et les hormones. Vous pouvez créer un terrain favorable à votre santé en imaginant la sensation agréable d’être en bonne santé. Vous pouvez parler à votre corps, vous pouvez l’écouter, vous pouvez dialoguer avec lui. Dites: Je suis en parfaite harmonie dans mon corps. De mon coeur, je rayonne une énergie d’amour et de liberté sur tout mon corps physique.

Chargez votre nourriture avec votre intention de bien-être avant de la consommer

Si nos états émotionnels sont capables d’attirer des manifestations dans la matière, c’est qu’ils exercent des forces au niveau atomique lui-même. On a pu le vérifier, entre autres, sur la configuration moléculaire de l’eauNos états émotionnels exercent donc une influence sur l’eau de notre corps, sur l’eau que nous buvons, et sur l’eau constitutive de nos aliments. 

Par ce processus, il est possible d’imprimer des pensées de bien-être dans nos aliments, autrement dit d’élever leur état vibratoire, de les charger des codes d’information porteurs de nos désirs de bien-être. On dit aussi qu’on informe la matière. Puis on demande que cette énergie atteigne toutes nos cellules lorsque cette nourriture est digérée et distribuée dans notre corps et on imagine le bienfait résultant. Enfin, on exprime une pensée de gratitude envers cette nourriture.

Cette technique a été enseignée de longue date dans les enseignements occultes. N’est-ce pas la véritable raison d’être des prières avant les repas qui existent dans toutes les traditions? Et si nous redonnions à la prière son sens responsable et conscient, créer en collaboration avec l’univers au lieu de quémander! 
 

DES PERSONNES PEUVENT-ELLES NUIRE À D’AUTRES PAR LA PENSÉE?

Supposons qu’une personne désire créer des conditions de vie qui lui semblent meilleures de son point de vue, mais qui ont des conséquences néfastes pour quelqu’un d’autre. Ce cas de figure est extrêmement fréquent, n’est-ce pas? C’est par exemple le cas de quelqu’un qui se sent écrasé ou ignoré par les autres, et qui cherche à conquérir une place, un territoire ou un pouvoir, au détriment d’une autre personne. C’est aussi le cas de quelqu’un qui s’est senti blessé par les actes de quelqu’un d’autre, qui l’accuse de son malheur, nourrit du ressentiment et désire le punir. Comment l’univers va-t-il répondre à de telles requêtes? Dans quelle mesure une personne peut-elle attirer par ses sentiments et ses pensées négatives, des conditions et des événements nuisibles à une autre personne?

Dans ces scénarios, il y a une personne qui veut nuire et une autre qui en est la victime. Celle qui cherche à nuire rêve d’arriver à ses fins par l’intimidation ou la séduction, donc par une sorte de manipulation de l’autre. Pour simplifier, appelons-la le manipulateur. Examinons comment fonctionne la loi d’attraction magnétique du point de vue du manipulateur et du point de vue de la victime.

La victime ne peut être la cible des intentions malveillantes d’un manipulateur que si elle attire elle-même cet événement dans sa vie. C’est le cas si elle entretient au fond d’elle des sentiments qui sont en résonance avec cette situation. Si elle se sent petite et en quantité négligeable, elle crée vibratoirement les conditions d’une position où elle sera réellement considérée comme négligeable. La sous-estime de soi, la honte de soi, le sentiment de culpabilité, attirent des situations de soumission et offrent un terrain fertile à la pensée du manipulateur. La peur ou l’idée d’être une victime de la vie attirent le préjudice et la victime en subit réellement les effets dommageables. Sa douleur est la façon dont son être intérieur lui intime de changer de toute urgence ses sentiments négatifs. Ils ont leur origine dans certains vécus antérieurs, le plus souvent dans sa petite enfance.

Lorsque le manipulateur forme le désir d’avoir une emprise sur une autre personne, lorsqu’il exige d’une personne qu’elle réponde à ses demandes, qu’est-ce qui sous-tend son désir? Est-ce la représentation du bonheur que cela va lui procurer? Non, c’est la peur de manquer de ce qu’il désire, d’être dans le manque. C’est la croyance que s’il n’a pas ce qu’il désire, il n’a rien. Et s’il n’a rien, il ne peut montrer son pouvoir, il n’est rien. Le manipulateur lutte pour obtenir sa sécurité matérielle et sa reconnaissance par le pouvoir. Il est animé de sentiments d’adversité. Il n’est pas aimé mais craint ou courtisé. Il attire à lui des manifestations d’égoïsme et des conflits.

En outre, le pouvoir qu’il obtient dépend entièrement de l’obéissance des autres. Il est donc fragile. Le manipulateur est toujours vigilant et tendu comme un guerrier qui défend son territoire. Il vit dans la crainte que le pouvoir lui échappe, que ce pouvoir ne soit pas suffisamment étendu, qu’il ne puisse plus le maintenir. Il attire donc des événements de perte. Lorsqu’il perd, il est très contrarié. Certains se sentent finis et se suicident.

De même que la victime, le manipulateur est un être souffrant, habité par la crainte, la sous-estime et l’insécurité, même s’il ne veut pas le reconnaitre. Il ignore son pouvoir intérieur et cherche à l’obtenir des autres. En fait, victimes et manipulateurs présentent le même problème de fond: le manque d’amour et de confiance. C’est la stratégie qu’ils ont élaborée pour survivre au sentiment de séparation qui est différente. Quelquefois, une personne est à la fois victime et manipulatrice. Elle manipule en montrant combien elle est victime.

Si le pouvoir associé à la manipulation est malsain, il existe un pouvoir sain basé sur l’écoute, le respect et la bienveillance. Bien des gens de pouvoir sont motivés par des sentiments positifs pour le bien de leur entourage. Si le manipulateur comprend la puissance magnétique des sentiments et décortique les fondements de sa vie, s’il accepte d’observer ses peurs profondes, s’il les transmute en sincérité et en générosité, alors il a la possibilité de transformer sa vie, de vivre dans la puissance paisible et dans l’abondance, sans nuire aux autres. Il y gagne beaucoup: la détente et la légèreté. Quant à la victime, si elle tire les leçons de ses souffrances, démantèle ses scénarios intérieurs négatifs, trouve sa puissance paisible, les déconvenues de sa vie ne seront plus nécessaires et disparaitront.
 

LE DÉSÉQUILIBRE ÉMOTIONNEL DE LA PLANÈTE EST PRODUIT PAR NOS PENSÉES COLLECTIVES 
 


Nous avons décrit comment une personne attire dans sa vie des circonstances difficiles qui sont en résonance avec ses pensées négatives. Alors imaginez ce qui se passe lorsqu’un groupe de dizaines ou de centaines de personnes éprouvent collectivement les mêmes pensées négatives. Une famille par exemple. 
Lorsque ce groupe s’étend à un communauté culturelle, telle qu’une tribu, une nation, les adeptes d’une même religion, les adeptes d’un même modèle économique, et même l’humanité entière, alors ces pensées prennent une force qui croit exponentiellement avec l’importance numérique du groupe. Cela provoque des manifestations physiques puissantes qui affectent tout le groupe, parfois toute l’humanité, toute la planète. 

La puissance des pensées collectives explique pourquoi les conditions de la vie humaine sont devenues si dures depuis des siècles et ont entrainé tellement de souffrancesElles ont été établies, non pas par un dieu méchant et insensible, mais par la pensée collective des humains occupés à se nuire les uns aux autres. L’état critique actuel de la planète est en rapport avec toutes les pensées négatives que nourrit l’humanité. Elles prétendent que l’homme est petit, faible, démuni, qu’il doit lutter pour sa survie et que seuls les plus forts (physiquement, génétiquement ou intellectuellement) réussissent. Cette confusion mentale se répercute sur l’environnement sous la forme des différents types de pollution, du chaos climatique, économique et social. Examinons quelques-unes de ces croyances fausses qui ont été adoptées collectivement par l’humanité.

L’adversité et la guerre font partie de la nature humaine. De tout temps, les hommes ont lutté les uns contre les autres pour défendre leur territoire, leur terrain de chasse, leur habitation. Aujourd’hui il en est de même pour trouver sa place dans une famille et dans la société, pour survivre économiquement. A plus grande échelle, les nations entrent en guerre, à moins que des institutions puissantes fassent contre-poids par des lois et des punitions en cas de violation des lois. Cela n’a rien d’inéluctable. Cela a été inculqué aux humains qui se sont coupés de leur Soi. Des sociétés pacifiques ont existé, souvent matriarcales, équilibrant l’aspect masculin et l’aspect féminin, deux polarités qui coexistent en toute homme et en toute femme. L’adversité n’est pas naturelle, elle est le syndrome d’un excès du masculin qui s’est perverti en réprimant le féminin et en prônant la séparation entre les êtres. L’aspiration la plus profonde de l’être humain, c’est l’unité, la paix et l’harmonie

Nous avons besoin d’un sauveur (homme, institution ou gouvernement; religieux, militaire ou politique) pour améliorer la condition humaine. Nous pensons que nous sommes faibles, que d’autres sont plus sages et plus puissants et qu’ils peuvent faire ce que nous ne pouvons pas faire. Cela nous attire donc des situations de faiblesse, de soumission, de manipulation et d’état de victime. Nous avons les chefs que nous attirons parce qu’ils ressemblent à nos pensées. Lorsque nous aurons réalisé que nous disposons d’un pouvoir intérieur, que nous pouvons nous connecter à lui en nous recentrant, en cultivant la confiance et les sentiments positifs, alors les fonctions de responsables seront occupées par des êtres de sagesse. 

L’homme doit lutter et peiner pour survivreCette croyance découle des précédentes. Puisque l’homme est faible et qu’en plus, il est soumis à l’adversité des autres, il lui faut lutter pour gagner de quoi subvenir à ses besoins fondamentaux. Il doit mériter d’être admis par le clan, par les chefs, par la société, et pour cela faire ses preuves. Les plus forts réussissent et sont récompensés. Toutefois, ils ne sont jamais à l’abri d’une chute. Nous sommes anxieux de ne pas avoir suffisamment d’argent pour survivre ou pas assez de mérite pour être pris en considération. Nous craignons de perdre notre emploi ou de ne pas en trouver. Le résultat, c’est que nous cherchons sans cesse à faire face à nos difficultés et à subvenir à nos besoins de base, au lieu de passer du temps à une vie créatrice et enthousiasmante

Ces croyances sont soigneusement entretenues par ceux qui manipulent les informations. Elles sont diffusées par les films, les médias, les jeux vidéos, l’enseignement, et nous conditionnent à ne pas penser de façon autonome et créative, mais à ingurgiter des vérités toutes faites et des modèles de pensée très limités sur la vie. On cherche en vain des cours sur l’observation de nos émotions, leur signification et la manière de les gérer. La conséquence est que les gens réagissent de façon très superficielle (épidermique) aux événements, aux comportements de leur entourage, aux informations télévisées en émettant des jugements critiques, le plus souvent négatifs, qui sont eux-mêmes la reproduction des conditionnements (prêts-à-penser) qu’ils ont reçus. Tout au long de leur vie, ils expriment toujours les mêmes émotions: ressentiment, dépréciation de soi et des autres, mépris, tristesse, haine, hargne, angoisse, apitoiement. Ces idées collectives entretiennent un sentiment d’impuissance, d’insécurité et de peur au niveau planétaire. Elles attirent donc les circonstances qui engendrent ces sentiments: pauvreté, injustice, conflit, violences, vieillissement, maladie. 

Heureusement, on assiste à un véritable appel au réveil des consciences, comme le dit Pierre Rabhi, une aspiration à une véritable reprise en main de nos vies, fondée sur la responsabilité, la connaissance, la reconnaissance de qui nous sommes dans notre véritable nature, et sur la reconnaissance de notre pouvoir créateur. De plus en plus de personnes abandonnent leurs sentiments de culpabilité et d’insécurité et découvrent comment écouter leur être intérieur, écouter les autres, écouter la nature. Ce mouvement des consciences n’est pas organisé. C’est une aspiration profonde qui provient de notre être intérieur. Il rassemble des flots grossissants de personnes de par le monde, de sorte que consciemment ou non, ces personnes créent de nouveaux types de pensées collectives basées sur la paix et l’harmonie, qui préparent l’établissement d’une nouvelle façon de vivre.
  

Pourquoi vous ne verrez jamais les réalités auxquelles vous ne croyez pas?

 

Vous ne croyez pas à l’au-delà, aux phénomènes paranormaux, aux médiums, aux visites d’extraterrestres? Vous ne croyez pas aux consciences désincarnées, à la présence d’êtres de lumière autour de nous? Sachez que la réalité va se manifester autour de vous selon vos convictions. Vous attirerez donc l’absence de ces phénomènes, ce qui va renforcer vos convictions.

Si vous exigez de voir pour croire à quelque chose, cela fige votre réalité dans votre état du moment. Vous bloquez votre évolution intérieure. C’est vous qui créez votre réalité. Pour que d’autres réalités se manifestent à vous, il est impératif que vous acceptiez l’idée qu’elle puisse exister. Accepter de s’ouvrir à d’autres réalités n’empêche pas de douterDouter est une interrogation saine qui nous fait réfléchir à ce qui est pertinent pour nous. À condition que le doute reste fugitif et que nous n’en fassions pas notre mode de vie. 
  

CRÉEZ LE MONDE PARADISIAQUE DONT VOUS RÊVEZ


Vous aussi, vous pouvez vous joindre au flot des personnes qui insufflent des sentiments positifs sur la Terre. Si vous vous sentez mal à l’aise avec l’état de la planète et de son humanité, alors n’hésitez pas à participer à la vision d’une planète rénovée et harmonieuse.

Plus haut, vous avez appris à créer votre vie selon vos désirs. Élargissez votre vision du futur à la planète entière. Non seulement, cela contribuera à établir une nouvelle façon de vivre globale, mais il y a urgence à le faire pour sauver la planète du désastre écologique et économique, et pour accélérer la mutation de l’humanité.

La Terre est en mutation rapide. Les dérèglements du climat, les séismes, les éruptions volcaniques sont autant de processus d’épuration et de rééquilibrage énergétique. Ce n’est pas la fin du monde, mais le début d’un autre monde. Car, sur une terre assainie, il reste à construire le nouveau monde. Que souhaitez-vous construire? Quelle sorte de monde voulez-vous voir s’établir sur Terre? Quels sont vos rêves de bonheur les plus fous? 

Vous pouvez visualiser que la Terre entière nous offre un monde de solidarité, de respect, d’amour, d’abondance et de joie. Ne vous limitez pas. Puis ressentez les sentiments positifs que cette vision produit en vous. Maintenez-les un moment, entretenez-les et revenez-y régulièrement. Ce sont eux qui, peu à peu, gonflés par les sentiments semblables de milliers et de millions d’autres personnes, vont créer les conditions d’une évolution vers le meilleur.

Les pensées collectives sont bien plus puissantes que toutes les actions basées sur la lutte anxieuse et la revendication colérique. Nous sommes de puissants créateurs, bien plus puissants que vous n’imaginez.

Par le processus de la pensée et le magnétisme des sentiments, par l’énergie que nous rayonnons à partir du cœur, nous pouvons créer, dès aujourd’hui, la paix et l’amour sur la Terre. 
 

 

Résumé :

Les circonstances de notre vie ne se produisent pas par hasard. Elles sont la projection manifestée de nos pensées, le plus souvent à notre insu. Des observations scientifiques multiples confirment l'influence de la pensée sur la matière au niveau atomique. Toutefois, la manifestation de nos pensées dans la matière est commandée par l'impact émotionnel que ces pensées exercent sur nous. Les émotions agissent comme de puissants aimants. En étudiant attentivement et en comprenant ce processus, nous pouvons examiner nos conditions de vie douloureuses pour mettre à jour les pensées et les sentiments négatifs inconscients qui les sous-tendent. Nous pouvons alors les transformer et créer une vie qui soit à l'image de nos aspirations les plus élevées. Enfin, munis de cet outil de transformation, élargissant notre vision, nous pouvons participer à l'établissement de la paix et de l'harmonie sur la Terre. Il est urgent de le faire.

Alain Boudet
Dr en Sciences Physiques

  

 

Source : http://samstory.free.fr/?p=171

 

Posté par Akbal à 00:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2018

AU FOND DU TERRIER DU LAPIN BLANC

 

 

 

Au fond du terrier du lapin blanc



Il est probable que quelques uns se sentent heurtés dans les mots qui vont suivre, mais à la vue de ce qui se dit et s’écrit encore à travers la Toile et de l’interminable comédie qui se joue au quotidien dans les milieux pseudo-spirituels, je me dis que l’araignée a de sacrées réserves de nourritures tant les proies qui s’agitent dans ses fils sont encore nombreuses. Je parlerai de cela et dans un second temps de ce qui se trame en France.

Il fut un temps pour comprendre que la Vérité était ailleurs, un temps pour expérimenter l’ailleurs à l’extérieur de soi, encore un temps têtu pour prolonger ce leurre, jusqu’à enfin accepter qu’il n’y a qu’à revenir à Soi, sur sa voie intérieure. L’agenda en cours ne laisse plus de place depuis longtemps aux hésitations et aux compromis. Si l’Homme ne devient pas plus conscient au prix d’un effort réel et suivi sur lui-même, il continuera à subir un agenda qu’il n’a pas choisi jusqu’à son propre anéantissement.

Combien de temps encore les agneaux se laisseront-ils bercer ? Ne voient-ils pas dans quel gigantesque business du soit-disant spirituel ils sont englués ? Combien encore de sonnants et trébuchants stages, séminaires, thérapies et autres « vibramachins », combien de croyances et d’argent vont-ils laisser aux marchands du temple ? Combien de canalisations astrales vont-ils avaler dans l’illusion de trouver une main secourante qui pourrait les saisir dans le marais des peurs qu’ils ne veulent confronter ? Ne voient-ils pas non plus à quel point ils reproduisent aveuglément au quotidien ce qu’ils dénoncent par ailleurs ?

Nous vivons dans une matrice que nous créons à la fois individuellement et à fortiori collectivement. Cela veut dire quoi ? Que la matrice qui correspond à notre univers visible pour disons généreusement 1 %, mais à l’invisible à 99 %, est une interface qui réagit fréquentiellement à notre propre interface personnelle, notre ego, siège de toutes nos manifestations non-conscientes.

Pour illustrer le portrait, disons que la matrice fonctionne un peu comme un logiciel-système, très vraisemblablement géré par une intelligence artificielle quasi autonome et que nous en sommes les programmeurs permanents par les fréquences que nous émettons et qui sont toutes porteuses d’information. À chaque instant, notre ego, par ses pensées, ses actes, ses émotions, son inconscient, va remplir de ses informations chaotiques les petites cases blanches du logiciel, qui va ingérer les paramètres afin de matérialiser au sein de l’hologramme ce que l’ego a exprimé. Ce qu’on appelle la résonance fréquentielle. D’où notre responsabilité à 100 % de TOUT ce que nous vivons.

Laissons de côté les intelligences qui ont présidé à la création de l’intelligence artificielle, ainsi que les intelligences qui exploitent aujourd’hui la production multidimensionnelle de la matrice, qui ne sont pas le propos du jour.

Assimiler l’importance de la multidimensionnalité de la matrice nous permet d’évaluer à quel point on peut se perdre et s’engluer dans l’expérience de la vie. Tout ce business du new age bâti sur les aspects les plus grossiers et les plus denses de l’invisible devrait constamment le rappeler à chacun. L’invisible au sein de la matrice représente la presque totalité de l’hologramme et l’Homme non conscient vit sous un parapluie sur la pointe d’un iceberg virtuel qu’il croit être la réalité tangible. Au mieux perçoit-il quelques pans de l’invisible à travers les couches astrales, sinon au moins la possibilité de l’existence d’une part d’invisible dans son univers, mais la plupart du temps il n’est psychiquement et physiquement vissé qu’à la matière qu’il perçoit.

Le new age, lui, qui piège tant d’êtres en éveil, se complaît en réalité dans ses échanges avec l’astral. Et l’astral, c’est encore la matrice. L’astral et ses dimensions, ce ne sont pas les plans de Lumière, même ses couches fréquentielles les plus élevées sont encore de la fausse lumière. L’astral, c’est le monde de la mort, rien d’autre. Et comme ici-bas, il s’y côtoient toutes sortes d’individualités, mues de toutes sortes d’intérêts et de préoccupations. Si dans les couches fréquentielles les plus élevées exercent des êtres plus attentionnés que dans les fréquences plus basses où pullulent les manipulateurs, ces êtres n’en sont pas moins piégés dans la matrice et la plupart d’entre eux n’en ont pas conscience.

Ceux qui canalisent ces êtres ici-bas ne canalisent pas les plans de Lumière, à de rarissimes et éphémères exceptions près. Car si quelqu’un de temps en temps crée la brèche et laisse descendre à travers lui l’expression des vrais plans de Lumière, la qualité de son contact n’est en rien garantie dans la durée, parce que l’Homme est instable tant qu’il n’est pas un Homme Conscient – l’Homme Intelligent comme le nommait Bernard de Montréal – c’est à dire un Homme qui aura balayé toutes les couches inconscientes qui font de lui un émetteur du chaos et qui aura fusionné avec son double. 


Ceux qui se servent de ces plans astraux, ce qui est le cas de presque tous les chamans et autres thérapeutes énergétiques, jouent dans la même cour des intérêts croisés, des prises de pouvoir et des captations d’énergie, quelles que soient la sincérité ou la bienveillance qui pensent-ils les animent. Ils ont établi dans l’occulte des pactes avec les forces astrales, qu’ils en soient conscients ou non et ont dans ce dernier cas tout intérêt à l’envisager pour leur bénéfice et celui de leurs clients. Ce n’est pas un jugement, c’est un constat qui devrait s’intégrer à la prise de conscience de chacun afin de se libérer de ces emprises et pouvoir s’établir dans sa Souveraineté.

Dans l’astral comme ici, la Conscience est quelque chose qui doit s’affiner. Et des deux côtés du voile, bien peu d’entités ont eu jusque-là la capacité de se libérer. Tant et si bien qu’elles sont en permanence recyclées par la matrice via la réincarnation, de leur propre volonté et selon des enseignements faussés, jusqu’à ce qu’elles prennent conscience de ce mécanisme pervers et qu’elles aussi abandonnent leurs croyances et leurs attachements pour faire place à Ce qui Est et qui a toujours été là, dissimulé sous les encombrements qui sont les leurs tout comme les nôtres.

Rappelez-vous la Table d’Émeraude d’Hermes Trismegiste: « ce qui est en bas est comme ce qui en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles de la Chose Une».

Refaire l’Unité avec nous-même, avec notre double qui est en-dehors de la matrice, EST la Voie de la libération. Du côté des vivants comme du côté des morts, l’Homme en devenir est celui dont la conscience s’affine et s’aiguise toujours plus. De lui-même alors, il crée les conditions qui vont débarrasser son individualité des miasmes de l’ego, des limitations de ses programmes et de la soumission aux influences, y-compris celles nées des intrications subtiles de l’invisible. Il va graduellement se trouver de plus en plus présent face à lui-même, aligné dans sa verticalité, sourd au vacarme du monde, hors des illusions qui lui masquent sa Vérité depuis le début de son incarnation.

Sur ce chemin exigeant et difficile, il va d’abord se débarrasser peu à peu des croyances émanant de son conditionnement et de ses programmations héritées et acquises. Dans un processus automatique qui lui sera encore naturel pendant un temps, il se peut qu’il les remplace par d’autres. Par là il ne résoudra rien de l’équation qui le maintient dans l’illusion, mais il avancera néanmoins, avec en lui le potentiel bien vivant de croissance de sa Conscience. S’il maintient sa volonté de s’affiner, il créera alors les conditions qui lui permettront de le faire. En revanche s’il s’arrête et se fixe sur de nouvelles croyances, il nourrira sa nouvelle réalité issue de celles-ci et prendra le risque certain de s’y égarer pour longtemps.

Je prends un exemple qui a été le mien un certain temps. Comme nombre de ceux qui se réveillent, j’ai perçu très tôt que l’histoire de l’humanité qui nous était servie était un leurre et j’ai longtemps cherché à reconstituer une vérité plus cohérente. A partir de là j’ai donc créé les conditions en moi pour que mes recherches m’amènent à des résultats. Pour le dire autrement, j’ai alimenté la matrice, j’ai rempli les cases blanches du logiciel, qui par résonance m’a servi sur un plateau ce qui correspondait aux nouvelles fréquences que j’émettais. Et donc plus j’avançais au fil des années, plus je découvrais de pièces du puzzle à assembler pour reconstituer ce que je pensais être la vérité. La vision d’une autre histoire s’affinait, mais c’était sans fin, il y avait toujours plus de pièces à assembler. Et la matrice nourrissait mon attente en me donnant toujours plus d’os à ronger, qui pendant ce temps m’éloignaient de la véritable quête intérieure de ma Vérité.

Avez-vous d’ailleurs remarqué que depuis quelques temps, il nous est annoncé de tous côtés d’incessantes découvertes de nouveaux sites « anciens », de pyramides un peu partout, de vestiges divers appuyant la thèse d’une toute autre histoire de l’humanité, d’exoplanètes et de possibilités de vie extraterrestres ailleurs et jusqu’ici ? C’est parce que de plus en plus de gens en recherche incarnent cette information et que la masse critique quantique a été atteinte pour que collectivement la matrice produise cette réalité, qui va donc s’imposer à de plus en plus de personnes et s’auto-alimenter toujours plus.

Ça ne veut pas dire que tout ce qui se révèle à ce sujet est faux, parce que la matrice répond aussi aux vrais résidus mémoriels des cycles précédents de l’Homme et ne peut rien contre les mémoires qui filtrent hors matrice et qui émergent parfois en nous, mais cela veut dire que tout au sein de la matrice est suspect, parce qu’elle a implanté en nous des fausses mémoires et divers programmes pour détourner tout ce qui pourrait se présenter sur le chemin de l’Éveil. Nous jouons contre un superordinateur, qui a toujours plusieurs coups d’avance sur nous, du moins tant que nous voulons lutter avec ses outils et ses armes. Notre éveil n’est pas son intérêt programmé. La Voie est ailleurs.

Perdre ces croyances donc, qui nous font tant de bien, parce qu’on prend soudainement conscience qu’elles aussi sont illusion, n’est pas chose facile. Sur ce chemin d’épuration de son individualisation, l’Homme qui se vide de tout ce en quoi il a cru et qui a fondé son assise psychique passe à un moment ou à un autre par un stade de dépression où existe le risque qu’il lâche la vie. C’est le moment crucial où il peut enfin renaître à sa Vérité, le moment où il se retrouve totalement seul face à lui-même et doit trouver l’eau de Vie de son propre puits. C’est aussi un passage où point le désenchantement, sinon le désespoir. Puis vient le temps du nouveau souffle, où l’Homme pourra jouer à maîtriser peu à peu sa création au sein de la matrice, tout en ayant accepté en profondeur qu’il est un funambule qui n’appartient à aucun monde et à tous à la fois.

C’est à ce prix que la coupe se vide et crée enfin l’espace pour accueillir le nouveau. C’est dans l’abandon de toute croyance et de tout attachement que l’Homme trouve sa propre voie libératrice. Celle qui doit le conduire à sa réunification avec son double, hors de l’illusion de la matrice. Je ne vais pas m’étendre sur le double, il existe une littérature sur le sujet dont je conseillerai les travaux du physicien français Jean-Pierre Garnier-Malet. Il y en a d’autres. 


L’attachement, à la même hauteur que la croyance, est un obstacle majeur à la manifestation de la Conscience. Comme il y a beaucoup de confusion autour de la notion d’attachement que tout le monde trouve naturel, il convient de préciser les mots. Par attachement, il faut entendre tout ce qui répond à un besoin (ou le comble illusoirement) ou à une attente (qui vise à vouloir combler un besoin). L’affection et l’amour véritables ne sont pas de l’attachement. La confusion vient du fait que l’attachement touche à l’émotionnel et que c’est là le plus agité et le plus confus des corps de l’Homme non-conscient. 

L’attachement qui est celui de l’Homme non-conscient s’évalue à travers l’éclairage qu’il a du fonctionnement de son ego. Dans son apprentissage des facettes de son ego en proie à un émotionnel ultra réactif et un mental le justifiant en permanence, l’Homme va pouvoir se différencier de son ego (j’ai assez écrit sur le sujet ces dernières années pour ne pas approfondir ici), puis dans un second temps de son corps physique pour prendre peu à peu la mesure de sa multidimensionnalité et emprunter enfin la voie libératrice de la Conscience.

Sachant tout cela, celui qui cherche toujours à l’extérieur de lui-même n’aboutira nulle part. Mais celui qui cherche en lui, trouve l’eau de son puits. Et quand il la boira, il s’abreuvera de la vraie Lumière. Celui-là suivra sa propre voie sans se soumettre aux sirènes qui voudront l’attirer tant qu’en lui des peurs subsisteront.

L’Homme Conscient est souverain, il n’a rien à craindre de rien. Au sein même de la matrice il est l’égal en son pouvoir des faux-dieux qui l’exploitent au fil des cycles de l’Homme. Et ce n’est qu’une étape, pas une finalité. Disons qu’au sein de la matrice, l’Homme en pleine Conscience est celui qui s’est réunifié avec son double en-dehors de la matrice, il est celui qui rejoint ces parts de lui qui s’expérimentent dans la vraie Lumière et les fusionnent. Il détient alors toutes ses mémoires, peut réactiver ses capacités en sommeil dans son ADN et a accès à toute information. Il saura alors à quoi il doit jouer.

Aujourd’hui, plus que jamais les mondes se divisent fréquentiellement et les réalités se divisent. Ce que les maîtres actuels de l’illusion veulent, c’est appliquer la stratégie du chaos puis baisser provisoirement le feu sous la casserole où cuit lentement la grenouille qui ne se rend compte de rien. Autrement dit, ils veulent nous servir un niveau de confort apparent plus grand au sein de la geôle, peindre d’or les barreaux. C’est ce monde que leurs valets organisent, où les Hommes seront réunis par cette nouvelle religion unique que dessine le new age, mais sous l’égide de ce nouvel ordre mondial qu’ils martellent, dans la dévotion aux intelligences artificielles et la confusion des genres et des individualisations. C’est une ligne du temps dans laquelle ils veulent entraîner le plus grand nombre.

Lorsque la remise à zéro sera effectuée à la toute fin très proche du cycle, au moment où l’alignement cosmique créera la brèche, cette fréquence aura pris corps sur une Terre vouée à une nouvelle expérience d’involution/évolution, au contact d’êtres non humains scientifiquement évolués mais en déficit de bienveillance, les faux-dieux d’antan, aujourd’hui discrets. Les peintures auront été refaites, mais c’est reparti pour un cycle de galère. Sur une autre fréquence et donc une autre dimension de la Terre, l’Homme devenu Conscient pourra créer sur de plus hautes fréquences un monde sans ordre mondial dictatorial et sans aucune religion, où il mettra son intelligence au service de la vraie Lumière, en interaction avec les autres espèces vivantes elles aussi Conscientes.

Tout ceci est très proche. L’ultime compte à rebours à commencé cette année 2018 et les événements mondiaux forts vont se succéder de plus en plus rapidement. C’est l’affaire de très peu d’années avant d’atteindre le point de bascule, peut-être quatre ou cinq.


Entre-temps beaucoup de bouleversements profonds vont se produire, des prises de conscience collectives vont se faire, comme il commence à s’en faire en France en cette fin 2018. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cet aspect de la prise de conscience commence en France, il y a là une boucle qui s’achève. Mais le danger réside dans le fait que ceux qui s’ébrouent aujourd’hui n’ont en conscience pour l’écrasante majorité que la dimension visible des choses, il leur manque la part occulte, la plus vaste, celle qui source la part visible, ce qui fausse leur vision et sous-estime pour l’instant l’amplitude et la portée du changement nécessaire. Ceux qui leur font directement face n’en ont d’ailleurs pas plus conscience pour la plupart. Mais en coulisses, des êtres initiés savent l’agenda cosmique en cours et tentent de servir leurs intérêts, d’ailleurs pas toujours convergents.

Ce qui se joue en France en cette fin 2018 démontre bien cette méconnaissance de la part occulte des choses. On y voit une expression de la sagesse et le début de quelque chose qui ressemble à la reprise de sa souveraineté, mais aussi des débordements de haine et la capacité pour beaucoup de se laisser vite endormir par des leurres politiques sans substance.

Ce qui est plus grave, c’est que trop d’expressions encore cristallisent toutes les émotions sur l’homme qui a voulu la présidence pour ce quinquennat. C’est oublier qu’il n’est qu’un pantin du système d’asservissement, placé là par les puissances de l’argent les plus ténébreuses qui l’ont formaté, lui ordonnent et le manipulent souvent à son insu. Car il y a une forme réelle d’innocence dans cette homme et c’est pour ça qu’ils l’ont choisi.

Attention donc à l’aspect occulte de tout ceci. Il y a derrière cet affrontement des forces sombres qui s’agitent un réel aspect sacrificiel où de puissants égrégores sont à dessein excités. Il ne faut pas se tromper de cible, car ceux qui dans l’ombre l’ont voulu Président ont prévu et favorisé ce qui arrive aujourd’hui afin d’en détourner à leur bénéfice tout l’aspect énergétique où se situe la vraie force du pouvoir. Cet homme est sacrifié sur un sombre autel. Il est aujourd’hui l’objet malgré lui d’un véritable rite occulte dont il ne savait rien jusque-là, mais dont probablement il commence à se rendre compte à son insuffisant niveau d’initiation.

S’acharner contre lui ne fera que servir ses maîtres tout en le détruisant et ce serait une grave erreur car il est important pour l’efficacité du rite qu’ils accomplissent que ce soit le peuple inconscient qui le conduise au sacrifice.

La manipulation des égrégores propices au rite se fait à travers la provocation de l’indignation et des violences de toutes parts, des ordres ont été donnés pour cela et celui qui préside au pays n’y peut rien, il n’en est pas maître et sera de plus en plus seul et désemparé. Il ne s’agit pas seulement de ne pas tirer sur une ambulance, mais de ne pas alimenter le rituel occulte qui doit servir aujourd’hui à détourner lourdement le cours de toute une ligne du Temps.

C’est un système d’asservissement des populations qu’il faut mettre à bas, pas les hommes qui le représentent provisoirement et qui ne savent pas eux-même dans quoi ils ont mis les pieds. Peu importe leur ego, que celui qui n’en a jamais eu d’ego leur jette la première pierre. Il appartient à présent impérativement à la sagesse du peuple de se focaliser sur le changement de société auquel il aspire, sans se focaliser sur les hommes et en dépassant largement le cadre matériel et socio-politique du sujet. Il s’agit de mettre en place une gouvernance bienveillante pour les peuples et sans corruption possible, ceci au sein d’une manipulation occulte qui fonctionne tant qu’elle demeure inconnue de ces peuples.

C’est donc un grand chaos multidimensionnel qui s’annonce, condition préalable à toute mutation. Il va se jouer désormais en très peu de temps, point d’orgue d’un long cycle, tout ce à quoi nous nous sommes préparés depuis longtemps. Il va nous falloir maintenir une grande vigilance sur nous-même pour ne pas rater ce rendez-vous cosmique. Ce qui implique qu’il va nous falloir être très présent à nous même, c’est à dire très conscient de nous en toute chose de l’instant présent, apaisé malgré les énergies saturées de notre environnement, donc capable de prendre du recul sur les événements.

L’agenda en cours n’est pas celui qui nous est et nous sera présenté, il n’a rien à voir avec le monde visible et ses théâtres organisés dans l’ombre par des formes de vie dont les intérêts sont autres, il faudra l’avoir toujours à l’esprit. Il va falloir aussi s’accommoder des sollicitations émotionnelles qui nous seront servies et avancer nos pièces sur l’échiquier multidimensionnel sans se laisser déstabiliser et embarquer énergétiquement. Inutile d’appeler une aide extérieure ou d’invoquer les faux dieux. Il n’y a rien d’autre à attendre que nous, présents et opérationnels à notre propre rendez-vous. En toutes circonstances, nous sommes notre propre clé et nous avons définitivement les moyens d’ouvrir la porte.

Fraternellement,

 

© Le Passeur – 25 Décembre 2018 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est volontiers autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

 

 

Posté par Akbal à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2018

ABORDER NOS VIES PARALLÈLES

 

 

hypothèse des univers parallèles


 Aborder nos vies parallèles

 

Lorsque nous faisons un choix important dans notre vie, nous sommes en fait en train de choisir entre deux futurs possibles. Dès que nous avons fait notre choix, l’un des potentiels futurs s’efface. N’est-ce pas? Ou se peut-il que ce futur alternatif continue à exister, dans un monde parallèle, et que c’est une autre partie de nous qui l’explore et en fait l’expérience ? Selon la « théorie des mondes multiples » de la physique, chaque fois que nous faisons un choix, une fracture se produit dans l’univers : autrement dit, les différentes possibilités continuent à exister dans des mondes parallèles.

Quel est le sens des mondes parallèles d’un point de vue spirituel, et comment intégrer cette notion dans nos vies quotidiennes ? Telle est la question centrale de cet article.

Introduction

L’interprétation de la mécanique quantique affirmant l’existence d’univers parallèles fut énoncée dans les années 50, dans le milieu scientifique. Cette théorie propose que dès lors qu’un moment de choix se présente à quelqu’un, une division se produit dans l’univers. Ainsi les deux possibilités coexistent dans des mondes parallèles. Selon cette théorie, l’univers est composé d’une quantité infinie de mondes. Notre cosmos ne représente que l’un de ces mondes. Depuis l’introduction de la théorie des mondes multiples, sa popularité gagne du terrain auprès des scientifiques, et l’idée s’est diffusée parmi un public élargi par le biais des livres et des films de science-fiction.

Bien que cette théorie soulève des implications intéressantes d’un point de vue spirituel, elle reste une théorie scientifique. Elle n’aborde pas le sens profond de l’existence de mondes parallèles. La science considère qu’il n’est pas de son ressort d’explorer la signification et les répercussions de vies parallèles dans nos vies de tous les jours.

Qu’implique la théorie des mondes multiples par rapport à notre compréhension de l’âme? Comment l’existence de vies parallèles contribue au développement de notre conscience? Pourquoi l’âme choisit-elle d’expérimenter la vie de plusieurs façons à la fois?

Les vies parallèles n’existent pas de façon indépendante. Elles sont, comme tout ce qui fait partie de l’univers, interconnectées. Elles vous appartiennent. Par conséquent, elles remplissent un rôle : celui d’élargir le champ d’expérience de l’âme, et ainsi faire évoluer la conscience.

La frise chronologique

L’âme fait l’expérience du monde physique à travers nous. En tant qu’être humain, nous voyageons sur un seul chemin possible à travers le temps. Dans ce contexte, il est plus approprié de parler de frise chronologique possible ; notre vie actuelle étant l’une de ces frises chronologiques. Chaque fois que nous faisons un choix, une fracture se produit dans la frise. Il y a donc celle dans laquelle vous expérimentez choix A, et puis il y a celle dans laquelle vous expérimentez choix B. En tant qu’humain nous n’avons pas conscience de la deuxième frise chronologique, celle que nous n’avons pas choisie, mais notre âme, elle, en a conscience. Pour elle, cette deuxième frise est tout aussi réelle que l’originale.

Toutes les frises chronologiques qui résultent de nos choix de vie n’ont pas la même importance pour l’âme. Certaines sont plus déterminantes que d’autres. Prenons par exemple certains moments décisifs tels que le jour de notre mariage ou les jours de naissance de nos enfants. Nous accordons beaucoup d’importance à ces jours et nous ne les oublions pas. De nombreuses autres journées passent de façon plus banale et nous les oublions. Bien évidemment, ces journées routinières ont également leur rôle dans le tout : elles permettent une croissance tranquille et l’intégration nécessaire pour nous préparer aux grands événements de vie.

Le même principe s’applique aux frises chronologiques. Celles-ci se divisent lorsque nous vivons des moments de choix qui génèrent des émotions intenses. Imaginez par exemple qu’après une profonde introspection difficile, vous prenez la décision de quitter votre travail et de vous consacrez à votre passion : vous devenez peintre. Il s’avère qu’il existe une frise chronologique dans laquelle vous restez dans votre travail dans un bureau. La vie en tant que peintre est intense émotionnellement : elle implique d’un coté des peurs et des insécurités, et de l’autre coté une grande inspiration et un épanouissement créatif. La frise chronologique dans laquelle vous travaillez dans un bureau sans prendre de grands risques est certes moins intense au niveau émotionnel, mais elle vous permet d’acquérir de précieuses expériences. On pourrait comparer cette frise-là à une journée plus routinière dans une vie, et la frise chronologique de l’artiste à une journée charnière et mémorable.

La terre en tant que maison multidimensionnelle

Du point de vue de l’âme, la Terre n’est pas une « chose », ou un amas de matière, mais un royaume d’expérience multicouche, un champ d’opportunités infinies à travers lesquelles l’esprit humain peut s’explorer. L’âme est curieuse et veut s’enrichir de l’expérience de multiples frises chronologiques. Ce serait dommage d’utiliser la magnifique personnalité terrestre avec tout son potentiel – que vous êtes – pour vivre une seule possibilité. Ce serait une grande perte de potentiel.

La réalité terrestre, la Terre elle-même, a été créée afin que nous puissions explorer toutes ces possibilités car, rappelons-nous, la Terre n’est pas une chose. Au niveau de l’âme, toutes les frises chronologiques possibles se déroulent de façon simultanée. La Terre est le vaste espace expérimental dans lequel la totalité de ces frises chronologiques ont lieu.

Pour mieux comprendre cette idée, il faut savoir que même selon la science, l’esprit est plus fondamental que la matière. La mécanique quantique nous apprend que la matière n’est pas aussi matérielle que nous ne pouvons l’imaginer. D’un point de vue spirituel, la matière a été créée pour que l’esprit humain puisse explorer ses innombrables facettes. Le but de l’esprit, à travers ses expériences dans le monde physique, est de devenir complètement conscient de son potentiel intérieur. Ce potentiel est illimité, et c’est pour cela que la réalité matérielle est également infinie, et bien plus riche que nous ne pouvons l’imaginer.

En tant qu’être humain, nous pouvons avoir l’impression que la matière nous limite. Par exemple, nous aimerions peut-être voler comme un oiseau mais nous ne le pouvons pas. Cependant, dans nos rêves nous pouvons vivre cette expérience.

En réalité, les limitations matérielles du royaume terrestre nous permettre de vivre certains aspects de la vie de façon très intense. Par exemple, si nous pouvions tout faire, sans prendre en compte la nature vulnérable de notre corps physique et émotionnel, nous n’aurions pas la possibilité de découvrir notre courage. Afin de découvrir en nous cette qualité, nous avons besoin de connaître des limitations. Pour citer Goethe, « C’est en travaillant avec des limitations que le maitre se dévoile. » (In der Beschränkung zeigt sich der Meister). Du fait de ces limitations du monde physique, nous sommes poussés à éveiller et cultiver nos qualités intérieures, telles que l’intuition, la compréhension et le courage. Nous pourrions voir la vie sur Terre comme un jeu, riche et complexe. Tous les jeux ont certaines règles. Ces règles sont des limitations, en quelque sorte, mais en même temps, elles rendent possible le fait de jouer ce jeu, avec tout son potentiel joyeux et stimulant.

Dans d’autres frises chronologiques de notre vie actuelle, nous explorons différents aspects de notre personnalité, ce qui permet de développer d’autres qualités intérieures. Dans ces autres frises le jeu se déroule différemment, et l’âme s’enrichit en assimilant les différentes éventualités. Une vie humaine est semblable à une maison avec une quantité innombrable de pièces. Chaque pièce nous montre un aspect différent de notre réalité intérieure et son rôle est de nous faire prendre conscience de notre nature spirituelle. De cette façon, l’existence de mondes parallèles est un outil qui permet à l’âme de gagner en conscience.

La signification des vies parallèles pour notre personnalité actuelle.

Le fait d’expérimenter des vies parallèles permet non seulement à l’âme de s’enrichir, mais enrichit grandement notre vie actuelle également. Notre âme expérimente toutes ces frises chronologiques, et nous, en tant qu’humain, sommes connectés à notre âme. Ainsi, au niveau profond, nous sommes connectés à ces autres vies que nous vivons. Nos vies parallèles peuvent nous inspirer et nous donner de la force. Elles sont parfois l’explication des talents inattendus, mais aussi la cause profonde de peurs incompréhensibles.

Il existe un échange énergétique continuel entre ces différentes frises chronologiques ; un peu comme une équipe qui travaille sur le même projet. Certains choix mènent à une vie stable, avec peu de grands événements. Cette frise peut rayonner un certain calme à d’autres frises où la vie de se déroule d’une façon plus turbulente.

Il peut également arriver que certains talents se développent sur une frise chronologique particulière. Par exemple, une personne décide de vivre en France et apprend le français dans une frise chronologique. Dans d’autres frises de cette même vie, la personne peut ressentir une affinité naturelle pour la langue et la culture françaises.

Comment se mettre en contact avec des aspects bénéfiques de nos vies parallèles ?

Prendre contact

La technique suivante peut être utilisée afin de se mettre en contact avec d’autres frises chronologiques.

– Imaginez-vous en train de flotter vers le haut. Regardez le moment présent depuis une vue d’en haut. Essayez de vous élever intérieurement jusqu’au niveau de votre âme.

Vous apercevez deux chemins qui partent de ce moment, chacun avec ses propres expériences. L’un représente le chemin que vous avez choisi, l’autre le choix alternatif. Placez votre attention sur le chemin alternatif. Ressentez sa charge énergétique. Comment rayonne t-il? Comment vous vous y sentez? Quelles expériences y vivez-vous?

– Permettez à ces expériences d’être. Dites leur oui, intérieurement. Observez comment ces expériences vous enrichissent et vous permettent de vous positionner différemment dans la vie. Plongez-vous un instant dans cette autre frise chronologique.

– Prenez conscience de l’échange énergétique entre votre frise chronologique actuelle et celle du chemin de vie alternatif.

Que pouvez-vous apprendre de cette autre frise chronologique ? Quel message avez-vous envie de donner à cette frise alternative ?

Comme pour chaque médiation guidée, poursuivez tant que vous sentez qu’elle vous apporte de la clarté, de l’inspiration et de la force. Si vous ressentez de l’inconfort, arrêtez la méditation pour le moment et si vous le souhaitez, réessayez plus tard.

© Gerrit Gielen

 

Source : http://www.jeshua.net/fr/

 

Posté par Akbal à 02:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

LES IMPLANTS PSYCHIQUES, UNE RÉALITÉ ACCABLANTE

 

 

 

download

 

 

LES IMPLANTS PSYCHIQUES, UNE REALITE ACCABLANTE



L’implantation psychique pour mieux diriger et contrôler la masse est connue depuis l’antiquité. Les textes gnostiques relayés par d’autres nombreuses sources nous signalent toutes unanimement que nos géniteurs, appelés aussi Archontes, ont bridé le cerveau des premiers Adams pour les rendre plus dociles. Ils ont principalement supprimé les fonctions qui leur donnaient la capacité de se connecter à la Source cosmique et l’accès direct à l’Esprit unifié de la race humaine créée parfaite par les Mères. Jaloux et craintifs devant la puissance de leur créature, ils l’ont atrophiée par souci de sécurité. Voici un résumé de cette connaissance selon un texte reçu du Maître Râma par canalisation. Dans l'hindouisme, Râma est considéré comme le septième avatar du dieu Vishnou. Il est l'image de l'homme parfait et il est adoré au même titre que son compagnon Hanuman, le dieu-singe qui l'aide dans ses aventures. Ses exploits héroïques sont relatés dans le Râmâyana, une des deux épopées majeures de l'Inde, écrites en sanskrit. Voici donc une canalisation de son enseignement actuelle: 

De l’utilité des Archontes et de notre exploit : Une canalisation de Sirius
« Le réalignement de votre cerveau et de votre biologie est essentiel à la vie de l’homme au sein de la nouvelle dimension. Votre cerveau présente, à l'heure actuelle, une constitution trinitaire alors que la nôtre, en tant que peuple Delphinoïde, ne présente absolument pas cette même structure. Ceci tient à la volonté d’une réduction de vos capacités d’expansion, voilà des temps très reculés. La structuration de votre cerveau a subi un certain nombre d'aléas imprévus ayant conduit à installer en vous des codes, que je qualifierais de relais dénaturés, ayant eu pour but, lors de votre genèse, de vous enfermer psychiquement là où vous êtes, c'est-à-dire dans l'illusion duelle d’un mental mono dimensionnel. Ces clés ont été posées par la puissance de certains êtres rebelles que nous appelons les Archontes. Les Archontes sont des dieux, au même titre que vous et moi, mais ils ont décidé de supprimer aux hommes le plan du cœur car ils en étaient eux-mêmes dépourvus pour l’avoir perdu. Ces dieux se sont manifestés au sein de votre histoire à différentes périodes successives. Ils sont extrêmement actifs aujourd'hui mais n'en n'ont plus pour très longtemps, car leur cycle de temps est fini. Néanmoins, ce ne sont pas eux qui nous intéressent ici mais la marque qu'ils ont posée à l'intérieur de votre ADN et de votre cerveau. 

C'est cette marque, appelée marque de la bête, dans l'Apocalypse de Saint-Jeanqui vous maintient prisonniers au sein de cette illusion pour que vous les serviez plus docilement. Cela fut jusqu’à aujourd’hui un secret bien gardé. Les Archontes ont donc procédé, au sein de vos structures céphaliques, au développement de programmes dits handicapants, ayant pour but de vous maintenir en esclavage et de vous priver de votre mémoire. Je ne m'attarde pas sur les circonstances historiques de cet acte qui a été en partie compensé, d'une manière puissante, par l'incarnation de l’énergie appelée ‘‘ Christ ’’.  Il en a été de même aussi de l'archange Lucifer dont la mission vous a été complètement voilée et déformée. Ces deux princes de Lumière ont contré, de manière efficace, l'installation finale du plan des Archontes. Aujourd'hui, vous êtes à l'heure de la libération totale et progressive de ces implants cérébraux et génétiques. Ceux-ci ont servi à vous maintenir dans la séparation d'avec la Source et les civilisations des plans supérieurs. Néanmoins, la Source, elle-même, de son côté, a surveillé ces opérations pour vous permettre de réussir l’exploit, dans cette situation très défavorable, d’un retour possible vers la Lumière. Croyez bien que cela ne fut pas une épreuve inutile mais, bien au contraire, et au grand désespoir des Archontes, l’occasion pour vous de retrouver maintenant, une nouvelle liberté à une octave bien supérieure à ce que vous auriez dû connaître normalement dans votre évolution. Que les Archontes soient donc remerciés pour cette opportunité favorable d’évolution qui vous a été donnée. Ils ont créé certes l'asservissement de l'humanité durant toute son histoire, par la soumission des hommes à un grand nombre de dogmes et de règles tyranniques. Elles avaient pour but l’aliénation de votre pouvoir et de votre maîtrise au service de leur domination totalitaire invisible. Néanmoins cet implant en vous s'est disloqué et ventilé dans les couches de votre cerveau au fil des générations. Nous dirions donc que l’atrophie principale ciblée sur quelques fonctions vitales fut comme répartie sur l’ensemble de votre biologie. Ceci vous a permis d'échapper au handicap massif de l'implant originel qui vous avait été génétiquement posé. La clé archaïque de servitude s'est donc fragmentée en un certain nombre de blocages secondaires ayant un pouvoir bien moindre que l’entrave beaucoup plus lourde voulue par les Archontes. Le Christ est venu contrer, par sa présence terrestre, la main mise complète des Archontes sur votre destinée. Son action a permis, par son ancrage au sein de la Terre, de limiter l’emprise abusive de ces entités extérieures à votre race
 >> Fin de la canalisation

C'est aujourd’hui encore un phénomène actif et planétaire dont les racines se perdent dans la nuit des temps. Il ne fait jamais l'objet d'aucun commentaire des médias puisqu’ils en sont inconsciemment l'outil central et que c'est leur fond de commerce. Le principe est simple, les individus que nous sommes sont subtilement conditionnés et hypnotisés par les enseignants, les religieux et les politiques qui peuvent ainsi procéder à de vrais lavages de cerveaux. L'objectif est de figer les structures mentales en créant des comportements automatisés ou formatés. Cette réalité existe depuis un si grand nombre de générations et d'une façon si intense que la mémoire cellulaire cristalline de l'ADN enregistre ces données comme une nouvelle nature humaine qui se transmet génétiquement de parents à enfants. C'est ce qui est appelé couramment de par le monde : Avoir une bonne éducation, dans une bonne famille, et pour une bonne société.   Autrement dit pour nous français et selon le Maréchal : ‘‘ Travail-famille-patrie ‘‘.   

C’est par la peur que nos Princes nous gouvernent 
Mais pourquoi donc, diraient les philosophes et les sages, la race des hommes est-elle si difficile à dompter, si rebelle pour ne pas s'adapter à ces ‘‘ bons ‘‘ traitements ? Ce caractère ‘‘ ingrat ‘‘ de cette humanité, pas facile à mettre au pas, proviendrait-il du fameux péché originel ? Toutes les civilisations de tous les continents sont ainsi concernées par ce modelage génétique de l'humanité, de millénaire en millénaire. Il est évident que depuis toujours les religions, les morales, les systèmes politiques et toutes les philosophies ne sont rien de plus que des sectes géantes et honorablement reconnues pour servir et maintenir l’ordre carcéral établi. Elles sont toutes au service des dynasties régnantes, couronnées ou non, apparentes ou occultes, peu importe le nom qui leur est donné. Elles maintiennent les humains dans l'ignorance de leur potentiel individuel originel qui est gigantesque. La raison de ce handicap est évidente. Si les dirigeants laissaient les individus utiliser librement leur formidable potentiel génétique, ils ne pourraient plus les contrôler comme ils le font si bien actuellement. 

Mais aujourd’hui l’expansion de l’humanité pose problème à son encadrement 
qui n’a plus les mains aussi libres. Il y a bien sûr toujours de rares exceptions qui confirment la règle générale. Quelques rares leaders historiques, vite marginalisés et récupérés, ont bien essayé avec héroïsme, au fil des siècles, de redonner à l'humanité sa noble et légitime dignité. Mais comme en atteste l’histoire, aucun n’a réussi dans son but hormis le Christ et son jumeau l’Archange Lucifer, l’artisan soit disant du mal. Ils sont devenus nos héros mythiques. Les humains sont ainsi volontairement maintenus dans leur condition animale originelle par les divers castes de dirigeants qui, tels des Césars Romains, disent, pour calmer le peuple et le bien gouverner : Donnez lui du pain et des jeux. >> Le but de cette méthode d'administration des masses est de les maintenir dans un état de domestication docile. Cette technique efficace consiste à assister et à distraire la plèbe, tout en entretenant en permanence un état émotionnel de peur chronique. C’est ainsi que la grande caste des dompteurs du bétail humain sait que l'outil principal du contrôle mental est la crainte de la punition, alternée avec des récompenses. Mettant en concurrence leurs ambitions, les bêtes se contrôlent aussi entre elles, comme le font les fauves en captivité. Le fouet indispensable correspond à l'adage : « Qui aime bien, châtie bien ». L'émotion forte de la peur, associée à un contrat, fixe l'emprise du manipulateur dans l'inconscient de sa victime. Par exemple, nous pouvons citer ce type de phrase contractuelle: « Tu as bien vu ce qui est arrivé à ton frère, on a dû par sa seule faute le châtier. Cela va malheureusement t'arriver aussi. Mais tu peux l'éviter si tu fais ce que je te demande .Tu pourras ainsi m'en remercier et nous resterons de bons amis ». C’est par la peur que nos Princes nous gouvernent ou nous domptent. Pour éviter de ne plus jamais être punis durement, les sujets sont invités à devenir bourreaux à leur tour. C’est en cela le signe de leur maturité au sein de notre société. L’être ambitieux n’est-il pas appelé à devenir dominant ? Avoir la capacité de contrôler et punir les autres, est une preuve de réussite et d’ascension sociale qui est fortement rémunérée. Et même, pourquoi pas un jour, pour les meilleurs, devenir implanteur ou programmateur de la bonne éducation. Et même, qui sait, peut-être, atteindre les sommets, comme concepteur de nouveaux implants. C’est ainsi que les plus forts et les plus ambitieux peuvent encadrer la masse comme le faisaient les capos des camps de Pologne qui servaient de relais entre les Seigneurs Nazis et la masse grouillante des déportés .Je suis sûr que certains lecteurs penseront logiquement : mais où est donc le problème ? Quoi de plus normal quand c'est pour une juste cause ? >> C’est-à-dire que la fin justifie toujours les moyens. Voilà le monde voulu par les Archontes et qui perdure encore de nos jours. Cette histoire sera-t-elle un éternel recommencement ? Voilà quel est l’enjeu planétaire en ce début du 3ème millénaire. 

Voilà, nous sommes arrivés au centre même du sujet de ce livre : La légitimité de la programmation du cerveau des hommes par les gérants planétaires et leurs cadres exécutants. C'est la cause centrale, la motivation de la falsification sur nos origines et sur le déni obligatoire de la présence très gênante des civilisations voisines extra-terrestres. Nous sommes en quarantaine volontaire !

Ces civilisations voisines extra-terrestres sont les témoins de cette imposture. Voilà le grand problème de nos Maîtres. Les civilisations voisines, quelle que soit la dimension où elles sont établies, ne connaissent absolument pas ce type de régime carcéral bien cruel. Elles nous regardent avec tristesse, attendant et facilitant même la fin de ce régime planétaire. Faute de connaître sa vraie genèse accidentelle et sa vraie nature, la créature animale humaine ne réclame rien de plus que son pain quotidien et de pouvoir se distraire de tant de souffrance. Culpabilisé par sa faute originelle complètement inventée, l'homme éduqué tient la tête baissée de peur de voir plus haut. Lorsque, comme très souvent, une sorte d'instinct rebelle se manifeste par des pulsions  libératrices, la créature doit alors être durement corrigée. S'il le faut même, pour mieux administrer ce cheptel, quelques virus bien élaborés peuvent en réduire une certaine quantité ciblée . C'est ainsi, par ce processus d'élevage intelligent, que naissent, dans le mental de chacun, des grappes paralysantes de phobies avec leurs comportements correspondants. La peur chronique fait sournoisement obéir la grande masse des hommes. Sur ce principe général et central se greffent toutes les ramifications possibles de la grande arborescence des groupes, que ce soit de familles, d’écoles, de paroisses, d'entreprises, de clan, Etc. Les membres de ces différents groupes s'auto-implantent entre eux pour asseoir leur pouvoir sur l'autre. C'est ainsi qu'un ciment social solide fait de souffrance, structure durablement tout notre monde artificiel. Il n’est donc pas surprenant que ce dernier ait un grand besoin associé de soutien psychiatrique et de psychologie thérapeutique. Une pyramide de dominance s’élève ainsi encore aujourd’hui sur toute la planète. Les plans en ont été faits par les Archontes pour administrer discrètement toute l’humanité en expansion, comme nous le verrons en détail plus loin.

Quand les implants se détachent tout seul
Mais comme heureusement rien n'est éternel, la roue des cycles naturels tourne et les temps changent . Voilà que moi-même comme tant d'autres, aujourd'hui, trouvons le moyen de lever tout seuls nos implantations pour retrouver la mémoire antédiluvienne. Une nouvelle vision apparaît qui n'était réservée jusque là qu'à une élite. J'ai pu, comme tant d'autres, relever la tête et entrevoir le ciel réel et non plus l’artifi-ciel, imaginé et filmé par les implanteurs de croyances. Par ma naissance gémellaire programmée ailleurs, j'ai pu garder une partie de moi intacte et à l'abri de la manipulation génétique. Ce réveil était attendu et prévu à l'horloge du temps galactique. Les Mères Divines dépositaires de nos gênes sortent de leur cachette souterraine. Elles avaient été forcées par le grand conquérant cosmique à créer un animal robuste, docile et intelligent, qui soit en même temps facilement manipulable par l’implantation psychique. Les Archontes voulaient un ange puissant pour travailler, mais sans aile et sans conscience. Ces Mères Divines, contraintes et forcées, le firent à leur façon. Celles-ci prévoyaient une surprise aux Archontes, avant de partir se cacher dans la terre creuse pour attendre la fin du cycle. Le réveil vient donc maintenant de sonner et les pouvoirs cachés dans l'ADN cristallin de l'homme se réactivent automatiquement avec l'élévation du niveau vibratoire ambiant de la planète. L'éducation castratrice n'a donc plus le même effet. Ceux qui n'ont aucune information sur ces implantations psychiques tarderont certes à vouloir lever la tête. Mais heureusement de très nombreux spécialistes proposent aujourd'hui une clarification mentale indispensable. Cette sorte de soin devenu courant permet de supprimer les automatismes psychiques qui se manifestent sous formes d'addictions accompagnées de colères et d'angoisses. L'être implanté fait preuve d'une sorte de rigidité mentale qui peut d'ailleurs être confondue avec de la fermeté de caractère. Telle est l'apparence que présentent habituellement les grands cadres performants des sociétés multinationales. Cette apparente performance professionnelle n'est que le résultat d'une sorte de robotisation transformant les serviteurs de l'ordre établi en chiens de garde au cerveau formaté. Diffuser ici cette connaissance est un véritable service de santé publique au profit du plus grand nombre . La conséquence directe concerne bien sûr et principalement l'enseignement en général qui devrait être inversé dans sa méthode. La formation de l'élève ne porterait plus sur l'adaptation à un modèle rigide religieux et sociopolitique, ni à un programme pondu par le cerveau d'un ministre lui-même sous influence néfaste. Au contraire la formation nouvelle consisterait à développer les ressources naturelles du jeune pour exprimer sa créativité au service de tous. Les ‘‘ nouveaux enfants ‘‘ semblent prêts à recevoir ce type d'éducation. Nous pourrions même dire qu’ils l’attendent impatiemment. Ils viennent avec des projets tout prêts à être réalisés. Ils sont prêts à réformer les institutions de la planète et demandent seulement à bénéficier d'un encadrement confortable qui s'adapte à eux et non l'inverse. Comprenez-vous, cher lecteur, la situation décadente dans laquelle sont les écoles aujourd’hui ? Imaginez un peu ce que serait une société faite pour servir les hommes et non l'inverse comme c’est actuellement le cas. Jusqu’à maintenant, nous avons vu des hommes atrophiés, nous tous, qui s’adaptent aux caprices tyranniques des élites régnantes. C'est cette gigantesque inversion planétaire à laquelle vous invite ce livre. Je la formulerai ainsi Existe-t-il une autre cause et une autre logique que celles imposées mondialement par les planificateurs occultes actuels ?>> Nous allons donc voir plus loin que, non seulement un autre monde est possible, mais qu'il existe déjà et depuis très longtemps dans les civilisations voisines intra et extra-terrestres Ces voisins-là sont nos amis et ne demandent qu'à nous aider.



Chapitre 10-9 : Arrêt du Moteur de Souffrance. La vie s'un homme chenille devenu papillon. Jacques-Gérard Vésone.

 

 

Posté par Akbal à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 octobre 2018

RETOURNEZ A LA SPIRITUALITÉ. OUBLIEZ LA RELIGION

 

 

 

spiritualité-et-religion

 

Retournez à la spiritualité. Oubliez la religion

Extrait de "Conversation avec Dieu", Tome II de Neale Donald Walsch

 

 

DIEU : Retournez à la spiritualité. Oubliez la religion.

NEALE : Pourquoi dis-Tu : oubliez la religion ?

DIEU : Parce qu’elle n’est pas bonne pour vous. Comprends que pour avoir du succès, la religion organisée doit faire croire aux gens qu’ils en ont besoin. Pour que les gens prêtent foi à quelque chose, ils doivent d’abord perdre la foi en eux-mêmes. Alors, la première tâche de la religion organisée est de vous faire perdre la foi en vous-mêmes.La seconde tâche est de vous faire voir qu’elle possède les réponses que vous n’avez pas. Et la troisième et la plus importante est de vous faire accepter ses réponses sans poser de questions.

Si vous posez des questions, vous commencez à revenir à cette Source intérieure. La religion ne peut vous le permettre, car vous êtes susceptibles de trouver une réponse différente de celle qu’elle a cherchée. Alors, la religion doit vous faire douter de votre propre capacité de penser clairement.

Le problème, avec la religion, c’est que très souvent, cela refoule, car si vous ne pouvez accepter sans le moindre doute vos propres pensées, comment pouvez-vous ne pas douter des nouvelles idées à propos de Dieu que la religion vous a données ?

Bientôt, vous douterez même de Mon existence, dont, ironiquement, vous n’avez jamais douté auparavant. Lorsque vous viviez selon votre connaissance intuitive, vous ne me compreniez peut-être pas complètement, mais vous saviez certainement que J’étais là !
C’est la religion qui a créé les agnostiques.

Quiconque pense clairement et regarde ce que la religion a fait doit prendre pour acquis que la religion n’a aucun Dieu ! Car c’est la religion qui a rempli les cœurs des hommes de la peur de Dieu, tandis qu’avant, l’homme aimait Ce Qui Est dans toute sa splendeur.

C’est la religion qui a ordonné aux hommes de s’incliner devant Dieu, tandis qu’avant l’homme se levait dans un joyeux mouvement.

C’est la religion qui a chargé l’homme d’inquiétudes à propos de la colère de Dieu, tandis qu’auparavant l’homme cherchait Dieu pour alléger son fardeau !

C’est la religion qui a dit à l’homme d’avoir honte de son corps et de ses fonctions les plus naturelles, alors qu’auparavant l’homme célébrait ces fonctions comme les plus grands cadeaux de la vie !

C’est la religion qui vous a enseigné que vous deviez avoir un intermédiaire afin d’atteindre Dieu, tandis qu’avant vous aviez l’impression d’atteindre Dieu vous-mêmes, en vous contentant de vivre votre vie dans la bonté et la vérité.

Et c’est la religion qui a ordonné aux humains d’adorer Dieu, tandis qu’avant les humains adoraient Dieu parce qu’il était impossible de ne pas le faire !

Partout où elle est passée, la religion a créé la division qui est à l’opposé de Dieu.

La religion a séparé l’homme de Dieu, l’homme de l’homme, l’homme de la femme ; certaines religions disent en fait à l’homme qu’il est au-dessus de la femme, alors même qu’elles proclament que Dieu est au-dessus de l’homme, mettant ainsi en place l’un des plus grands travestissements jamais imposé à la moitié de la race humaine.

Je te dis ceci : Dieu n’est pas au-dessus de l’homme, et l’homme n’est pas au-dessus de la femme, ce n’est pas « l’ordre naturel des choses ». Mais tous ceux qui ont du pouvoir (c’est-à-dire les hommes) voulaient qu’il en soit ainsi lorsqu’ils ont fondé leurs religions sur le culte du masculin, écartant systématiquement de leur version finale des « écritures saintes » la moitié de leur contenu et déformant le reste pour l’adapter au moule de leur modèle masculin du monde.

C’est la religion qui prétend encore aujourd’hui que les femmes sont en quelque sorte inférieures, en quelque sorte des citoyens spirituels de seconde zone, en quelque sorte mal « adaptées » à l’enseignement de la parole de Dieu, à la prédication de la Parole de Dieu, ou à la prêtrise. Comme des enfants, vous êtes encore en train de vous disputer à propos de l’ordination des femmes ! 

Je te dis ceci : Vous êtes tous des prêtres. Chacun de vous.

Il n’y a pas une personne ou une classe de gens qui soit mieux « adaptée » qu’une autre pour accomplir Mon œuvre.

Mais un si grand nombre de vos hommes ressemblent exactement à vos pays. Affamés de pouvoir, ils n’aiment pas le partager, ils ne veulent que l’exercer. Et ils ont construit le même genre de Dieu. Un Dieu affamé de pouvoir. Un Dieu qui n’aime pas partager le pouvoir mais tout simplement l’exercer. Mais je te dis ceci : le plus grand cadeau de Dieu est le partage du pouvoir de Dieu.

Je préfère que vous soyez comme Moi. 

 

Extrait de "Conversation avec Dieu", Tome II de Neale Donald Walsch

 

Posté par Akbal à 01:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2018

LE MYTHE DE PROMÉTHÉE

 

 

 

LE MYTHE DE PROMÉTHÉE

 

Dans l’Olympe, l’harmonie qui régnait jadis vacille :
Zeus a détrôné son père, Chronos, et s’est emparé du pouvoir.
Prométhée, le Titan, et son frère Epiméthée, se sont ralliés à Zeus qui devient ainsi le Dieu suprême de l’Olympe.

1_PrometheeHD


Un matin, fomentant un projet cher à son cœur, Zeus convoque les deux frères et leur dit :
– Je vous ordonne de créer la Vie sur Terre, les hommes et les animaux, et de leur octroyer les dons et qualités dont ils auront besoin pour vivre.
Et il ajoute :
– A toi, Prométhée, je te confie la charge de donner le souffle de la vie à chaque être,
et à toi, Epiméthée, de les armer pour se défendre.

Epiméthée demande à son frère de le laisser seul créer les êtres vivants. Prométhée accepte.
Impulsif, le titan commence par les animaux. Sans réfléchir, il répartit aussitôt tous les dons : la force, la rapidité, le courage et la ruse, les plumes et poils pour se protéger du froid.
Puis, quand vient enfin le tour des hommes, il ne reste plus rien…
Epiméthée, dont le nom signifie « qui réfléchit trop tard », se trouve démuni.

Ne sachant pas comment réparer son erreur, il appelle son frère à l’aide.
Prométhée voit les animaux, féroces, puis se tourne vers les hommes. Ils sont nus, sans armes, sans aucune protection. Il comprend qu’ils n’auront aucune chance de survivre dans ce monde sauvage.

Plus sage et avisé que son frère, Prométhée le « Prévoyant » réfléchit et dit :
– Nous allons mettre les hommes debout, à l’image des Dieux. Et surtout, nous allons leur donner ce qui les rendra supérieurs aux animaux : la connaissance. Je leur transmettrai mon savoir, reçu d’Athéna, déesse de la Sagesse.

Avec de l’eau et de la terre, Prométhée façonne le corps des hommes.

3_PrometheeHD


Athéna lui a enseigné la métallurgie, les arts et les techniques agricoles. Prométhée leur transmet ses connaissances.
Ne reste plus que le feu, nécessaire pour sauver l’Humanité.
Avec, les hommes pourront fabriquer des outils, construire un habitat, chasser, élever des animaux, cuire, se vêtir, se réchauffer…
Avec le feu, les hommes pourront soumettre la nature hostile, et survivre.
Mais le feu n’existe alors qu’en un seul endroit : l’Olympe, où vivent les Dieux.
Il faudra le leur voler. Prométhée prie Athéna de le faire entrer secrètement, et elle accepte.
Une fois sur place, il dérobe un tison du feu sacré, qu’il dissimule dans une tige de roseau.

Puis il l’offre aux hommes :
– Voici le feu, prenez en soin. Il sera votre meilleure protection.

Mais bientôt Zeus s’aperçoit du vol de Prométhée et sa colère est sans limites.
Elaborant sa vengeance, il ordonne la création de Pandore, première femme mortelle sur Terre, et offre sa main à Epiméthée.
Celle-ci apporte avec elle une boîte qui une fois ouverte, libère tous les maux de l’humanité.

6_PrometheeHD


Le châtiment réservé à Prométhée est tout aussi cruel :
– Prométhée, comment as-tu osé bafouer l’interdit ? Tu as volé le feu sacré des Dieux ! Tu as cru être mon égal mais tu n’es qu’un Titan. Ton châtiment sera à la hauteur de ton crime.
D’une voix blanche et froide, il ordonne :
– Héphaïstos, Dieu du feu, emmène Prométhée dans les montagnes du Caucase et enchaîne-le à un rocher ! Qu’un aigle vienne lui dévorer le foie, et que ce châtiment se répète pour l’éternité !

Soumis au supplice de Zeus, Prométhée est condamné à rester enchaîné au rocher.
Chaque jour, d’un battement d’ailes, l’aigle vient et fond sur sa proie pour se rassasier de son foie.
Et chaque nuit, dans l’obscurité immobile, l’organe se régénère. Mais le rapace revient toujours au petit matin pour son effroyable festin…

Texte : Elise Bourges

Illustrations : Julie Hoyasc

 

http://focus.tv5monde.com/mythologies/mythe-de-promethee-texte/

 

Posté par Akbal à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2018

LES LOIS COSMIQUES : L'HARMONIE AU SEIN DE L'UNITE

 

 

 

yin-and-yang-1947878_1920-1

 

 Les 7 Lois Cosmiques: l’harmonie au sein de l’Unité

 

 

Au cours de notre histoire, d’innombrables maîtres nous ont transmis leur savoir à travers différentes perles de sagesse.  Nos ancêtres sont nombreux à avoir œuvré pour le bien collectif, en consacrant leur vie à l’enseignement, à la recherche et au partage des grandes Connaissances Universelles.   Parmi celles-ci, nous retrouvons l’ensemble des Lois Cosmiques, celles-là mêmes qui régissent l’Univers dans lequel nous évoluons.  Ces Lois, que nous allons découvrir dans cet article, proviennent du Kybalion, texte fondateur livrant la sagesse des philosophies anciennes de l’Égypte et de la Grèce antique.

Pourquoi est-il si important de connaître ces lois?  Que peuvent-elles bien nous apporter dans notre vie de tous les jours?

Ces lois servent de fondement à notre réalité quotidienne.  Bien qu’elles ne fassent pas partie du monde visible, elles sont à l’origine de chaque manifestation dans l’Univers physique et gouvernent tout organisme vivant.  Ne pas connaître ces lois nous mène à percevoir notre monde comme un grand terrain de jeu aléatoire, où règnent le désordre et la confusion.  En prenant conscience des Lois Universelles, nous réalisons que notre Univers n’a rien de chaotique; qu’il est plutôt ordonné, harmonieux, intelligent et équilibré.

Chaque être humain qui parcourt son chemin d’évolution en toute conscience sait qu’un travail d’introspection et de compréhension doit être entrepris pour cesser de vivre dans l’ignorance.  Pour aspirer à la réalisation de l’Être, nous devons nous guérir de nos anciennes croyances limitantes qui nous maintiennent prisonniers de la matrice, nous devons prendre la responsabilité de notre vie et arrêter de nous en remettre aux autres.  Pour cela, il faut oser sortir des sentiers battus, stopper nos modes de pensées destructeurs et faire usage de discernement.  C’est-à-dire utiliser notre libre arbitre et nos intuitions à bon escient et retrouver la vérité qui sommeille en nous.

Ce que je vous suggère aujourd’hui, c’est de me suivre dans mon cheminement et peut-être d’apprendre quelque chose au passage.  Mon travail de recherche m’amène à redécouvrir certaines vérités que mon âme connaît déjà, et à relier les points entre eux.  Cela m’aide à approfondir ma compréhension de qui je suis, de mon rôle ici-bas et d’apporter des changements dans ma vie de tous les jours.  Je vous demande de me faire confiance; nous allons analyser plusieurs éléments qui semblent ne pas être liés à première vue, mais après avoir bouclé la boucle, tout s’éclaircira.

Les Lois Cosmiques:

«Les Principes de la Vérité sont au nombre de 7, celui qui les connaît et les comprend possède la clé magique qui ouvrira toutes les portes du Temple avant même de les toucher». Le Kybalion

Sur le plan étymologique, le terme Cosmos vient du grec et signifie ordre de l’Univers.  Nous vivons donc au sein d’un univers structuré, régi et maintenu en place grâce aux différentes Lois Cosmiques.  Ces Lois permettent l’interaction entre la forme et l’esprit, entre le visible et l’invisible et sont issus du Tout, du Un, de la Création.  Lorsque le Un s’est fragmenté en milliard de petites particules, l’équilibre et l’harmonie contenus au sein de l’Unité ont été affectés, d’où l’émergence de ces grandes Lois Universelles.  Chaque être de l’Univers vivant selon ces principes permet au Cosmos de maintenir son état originel, d’où émanent la paix, l’harmonie, la joie, l’équilibre et l’amour inconditionnel.  De ce fait, l’homme peut goûter à ces attributs provenant de l’Unité et en faire l’expérience dans sa vie de tous les jours.

Ce système de lois n’a de sens que lorsqu’il y a séparation.  Dans l’Unité, ces Lois n’ont pas de raison d’être, puisque le Tout est naturellement harmonieux, équilibré et ordonné.  Notre but ici-bas est de retourner d’où nous sommes issus, c’est-à-dire de retourner au Grand Tout, en retrouvant l’unicité en nous.  Voilà pourquoi il est important de connaître ces Lois: elles sont le chemin nous guidant vers la compréhension de qui nous sommes et nous permettant de retourner au bercail.

Tout concept de séparation n’est qu’illusion.  Dans la réalité Ultime, il n’y a que le Un.  Or, dans notre Univers relatif, il nous est difficile de faire abstraction de cette illusion, le mirage paraissant si vrai, si réel… Ce que nous percevons avec nos cinq sens nous fait oublier l’essentiel: à tout moment, nous avons le choix.  Nous pouvons vivre notre vie en tant qu’être séparé.  Séparé des autres, de notre conscience, du monde environnant, de notre vérité.  Ou nous pouvons user de cette sagesse ancestrale que sont les Lois Universelles, nous permettant de vivre en tant qu’être unifié.  En nous basant sur celles-ci, nous passons de l’état de rêve à l’état d’éveil.  Et c’est ainsi que nous nous guérissons et guérissons par le fait même l’état actuel de folie collective.

Voici donc les 7 Lois Universelles, telles que décrites par Hermès Trismégiste dans le Kybalion

«Quand les oreilles de l’élève sont prêtes à entendre, c’est alors que viennent les lèvres pour les remplir de Sagesse.» Le Kybalion

  • 1re loi: Loi du Mentalisme

«Le Tout est Esprit, l’Univers est Mental».

Cette loi nous indique que tout ce que nous voyons, chaque manifestation, chaque matérialisation présente dans l’Univers physique provient de l’Esprit.  En d’autres termes, notre réalité est une manifestation de l’Esprit, de ce qui se passe au niveau du mental.  Voilà le véritable pouvoir contenu en nous.  Nos pensées, nos paroles, nos ressentis et nos actions créent notre réalité; notre monde intérieur agit sur le monde de la forme et crée la manifestation.

Cette loi nous enseigne que ce que nous expérimentons dans notre monde physique trouve son origine dans le monde invisible, dans notre esprit.  Pour modifier et impacter notre réalité, nous devons donc agir au niveau du mental et changer notre façon de penser et de ressentir.

  • 2e loi: Loi de Correspondance

«Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas, ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut.»

Cette loi, confirmée par la physique quantique, nous explique que dans la plus petite des particules réside le Tout.  Ce qui est infiniment petit est comme ce qui est infiniment grand.  Le microcosme reflète le macrocosme, et vice-versa.  Nous comprenons également que notre monde extérieur n’est que le miroitement de notre réalité intérieure.  Ainsi, ce que nous changeons en nous, nous le changeons dans le monde, d’où la pertinence de la célèbre citation de Gandhi: «Sois le changement que tu veux voir dans le monde

Cette loi nous indique également qu’il y a une correspondance, une unité entre le monde physique, mental et spirituel.  Ce que nous changeons sur le plan physique impacte les plans mentaux et spirituels, et inversement.  Bref, il n’y a aucune séparation.  Tout est Un, tout est imbriqué, interrelié et interconnecté.  Ce que nous modifions en nous impacte l’Univers entier.  De même, les changements au niveau du Cosmos nous influencent directement.

  • 3e loi: Loi de la Vibration ( aussi appelée loi de l’attraction )

«Rien ne repose; tout remue; tout vibre».

Tout comme la loi de Correspondance, la science moderne vient confirmer cet énoncé, en démontrant que tout est en mouvement dans notre Univers.  Puisque tout est énergie et que l’énergie vibre constamment, rien n’est statique. De plus, les énergies vibrant sur des fréquences similaires s’attirent, alors que les énergies ayant des fréquences vibratoires opposées se repoussent. Nous attirons donc vers nous tout ce qui résonne, tout ce qui vibre sur la même fréquence que nous.

Comprendre cette loi nous fait prendre conscience de l’importance des vibrations que nous émettons.  Puisque nos vibrations créent et attirent des manifestations de fréquences vibratoires similaires, cela veut dire que nous pouvons contrôler ce que nous attirons.  Il nous suffit de changer de fréquence, d’entretenir des pensées plus riches, de ressentir des émotions positives, empreintes d’amour, de paix et de joie.

  • 4e loi: Loi de Polarité

«Tout est Double; les pôles opposés peuvent se concilier ; tout a deux extrêmes; les extrêmes se touchent ; tout est et n’est pas, en même temps; toutes les vérités ne sont que des demi-vérités; toute vérité est à moitié fausse; il y a deux faces à chaque chose».

La loi de Polarité stipule qu’en toute chose, il y a deux pôles, deux aspects qui semblent opposés et contraires, mais qu’en fait ils représentent seulement différents degrés du même élément.  Pour simplifier la chose, prenons l’exemple du chaud et du froid.  Ces deux éléments semblent être deux choses complètement différentes.  Pourtant, il représente tous deux la même chose, en l’occurrence la température, et présente uniquement une variation de degrés.   De même, l’amour et la peur sont la même chose et représentent différents degrés d’un sentiment unique.   L’ombre et la lumière, le bien et le mal, l’inconscience et la conscience, l’ordre et le désordre, la connaissance et l’ignorance, l’unité et la séparation.  Pour chaque chose dans l’Univers il existe son complément.

«Les extrêmes se touchent» signifie que nous ne pouvons voir l’Univers comme une ligne droite, mais plutôt comme un cercle.  Ce n’est qu’en comprenant ceci que nous pouvons prendre conscience que l’amour et la haine coexistent et représentent différentes intensités de la même émotion.  Le symbole du tàijí tú, que nous analyserons plus tard, est selon moi ce qui explique le mieux cette notion.


  • 5e loi: Loi du Rythme

«Tout s’écoule, au-dedans et au-dehors; toute chose a sa durée; tout évolue puis dégénère; le balancement du pendule se manifeste dans tout; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche; le rythme est constant».

Cette loi nous enseigne les rythmes de la vie, la cyclicité, le fait que chaque chose est en mouvement.  Ce principe, lié à la loi de Polarité, indique que le mouvement se produit entre les deux pôles.  Tout ce qui monte redescend, telle la marée nous l’enseigne.  Tout comprend un flux et un reflux, l’énergie circule en toute chose, s’élève puis s’abaisse de nouveau.

Tout début est précédé d’une fin, toute fin devient un début.  Lorsqu’une chose arrive à un point culminant, le mouvement du balancier s’enclenche.  C’est ce qui explique le progrès et le recul, la montée et la chute des grands empires, la réussite et l’échec, la connaissance et l’oubli… Elle se manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans notre état émotionnel et mental, dans nos prises de conscience et période d’inconscience.

Le rythme est la seule constante prévisible, le mouvement infini de l’expression de la vie, qui prend de l’expansion et se rétracte, pour toujours et à jamais.

  • 6e loi: La loi de Causalité

«Toute Cause a son Effet; tout Effet a sa Cause; tout arrive conformément à la Loi; la Chance n’est qu’un nom donné à la Loi méconnue; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la Loi».

Cette loi pourrait se résumer à: «on récolte ce que l’on sème» et stipule que rien dans notre Univers n’est le fruit du hasard.  Tout effet, toute manifestation dans le monde de la forme est précédé d’une cause.  Nous avons donc le pouvoir en nous de devenir la cause de notre expérience au lieu d’être uniquement l’effet.  Au lieu de réagir, nous devenons des participants.  Nous délaissons le rôle de victime et prenons la responsabilité de notre vie.

En prenant conscience de cette loi, nous comprenons que nous devons travailler au niveau de la cause, qui se situe dans notre monde intérieur.  Ce n’est qu’ainsi que nous transformons notre réalité, que nous changerons l’effet.  Chacune de nos pensées et de nos émotions dégage une certaine énergie, une vibration, qui se matérialisera tôt ou tard dans le monde de la matière.  En harmonisant nos pensées et nos émotions, en travaillant à élever nos vibrations, nous verrons émerger une nouvelle réalité, plus en lien avec qui nous sommes et avec nos intentions profondes.

  • 7e loi: La loi du Genre

«Il y a un genre en toutes choses; tout a ses Principes Masculin et Féminin; le Genre se manifeste sur tous les plans».

Cette loi stipule que le genre existe en tout, sur tous les plans. Les Principes Masculin et Féminin, sur le plan physique, se manifestent sous la forme du sexe et agissent toujours dans le but de créer.  Tout être porte un genre dominant, malgré le fait que les deux principes sont contenus en lui.  Nous reviendrons également sur ce point un peu plus tard, lors de la présentation du symbole du tàijí tú.

Ce qui est important de retenir à ce stade de notre exploration, c’est que chaque être humain est à la fois mâle et femelle et par le fait même, entier, complet et parfait.  Nous n’avons donc besoin de rien pour venir nous compléter.  Nous n’avons qu’à harmoniser les forces en nous.  En fusionnant les deux polarités qui nous caractérisent, nous retrouvons notre état originel d’Unité et nous mettons un terme à notre illusion de séparation et d’incomplétude.

Le Yin et le Yang:

Nous allons à présent nous attarder sur ce symbole et sur sa signification.  Vous allez voir les ressemblances frappantes entre ce symbole et les 7 Lois Universelles.

Connu sous le nom de tàijí tú, ce symbole taoïste représente la dualité yin-yang, c’est-à-dire la polarité féminine et masculine présente en toute chose.  Dans la philosophie chinoise, ces deux forces que sont le Yin et le Yang sont complémentaires et non opposées, comme on peut le croire dans notre société occidentale.  En interaction constante, ces polarités maintiennent l’harmonie au sein de l’Univers et coexistent pour ne former qu’Un.  Nous pouvons résumer le tout ainsi: «La dualité au sein de l’Unité».  Le  tàijí tú est donc plus qu’un symbole; en fait, il sous-tend toute une philosophie de vie qui a pour but de nous permettre de retrouver notre unicité, notre complétude et de guérir de notre état de séparation.

Explication du symbole:

Le cercle extérieur représente le Grand Tout, l’Univers dans sa totalité, l’Unité.  À l’intérieur de ce cercle, nous retrouvons la dualité au travers du Yin et du Yang, ces deux polarités désignant l’équilibre et l’harmonie au sein de l’Univers ( 4e loi: Loi de polarité ).  Bref, nous comprenons que la dualité est une composante de l’Unité, et non l’inverse comme nous pourrions le croire.

Les formes en noir et blanc que l’on retrouve dans le cercle représentent l’interaction des deux polarités complémentaires, le mouvement du Yin ( énergie féminine ) et du Yang ( énergie masculine ).  La forme en « S » entre la partie blanche et noire symbolise le mouvement constant entre les deux polarités.  Il n’y a rien de statique au sein de notre Univers ( réfère à la 3e loi: Loi de la vibration ).  Les deux polarités coexistant côte à côte et fusionnant dans une danse éternelle.

Le Yin et le Yang ne sont pas deux entités distinctes, mais bien un seul et même élément qui s’est différencié.  Comme le chaud et le froid représentent la même notion, c’est-à-dire la température à des degrés différents, le principe féminin et le principe masculin représentent tous deux la même chose.  Il symbolise l’énergie, vibrant à des fréquences et des intensités différentes.  En combinant les deux formes d’énergie, nous créons un équilibre à l’intérieur de nous et conséquemment, cet équilibre se reflète dans le monde qui nous entoure.  J’insiste sur ce point, car le but visé étant de retrouver son unicité, il n’est plus question d’opposé, de contraire, de séparation, mais bien d’harmonie et de complémentarité.

Les deux petits cercles, le cercle noir dans la partie blanche et le blanc dans la partie noire représentent bien cette complémentarité.  Il nous enseigne que rien n’est soit tout noir soit tout blanc.  Il y a toujours une nuance de gris, un peu de Yin dans l’énergie Yang et vice-versa.  Malgré que nous soyons de sexe féminin, nous avons une part de masculin en nous et inversement.  N’est-ce pas merveilleux?  Comprenez-vous pourquoi nous sommes des êtres complets et entiers?  Les deux polarités vivent en nous, se meuvent et se fusionnent, dans un cycle perpétuel.  Maintenant que vous en avez conscience, vous n’avez besoin de personne pour venir vous « compléter ».  Vous n’avez qu’à partager et rayonner votre complétude.

Signification du Yin: Polarité féminine

Étymologiquement, le Yin signifie « Ombre« .  Il symbolise donc tout ce qui est voilé, caché, dissimulé.  Il représente la noirceur, l’obscurité, la fertilité, la réceptivité.  Voilà pourquoi il est associé à la féminité.  Nous associons également à la polarité Yin la passivité, le froid, la gauche, la lune, la gentillesse, la douceur.  Les personnalités Yin sont en général des personnes plus introverties, timides, calmes, qui n’aiment pas les étalages en public, les grandes manifestations et préfèrent la tranquillité.

Signification du Yang: Polarité masculine

Étymologiquement, le Yang signifie « Lumière« .  Le Yang représente la fermeté, la force, l’action.  Voilà pourquoi il est associé à la masculinité.   Nous associons également à la polarité Yang l’extériorité, le chaud, la droite, le soleil, la positivité, l’agitation.  Les personnalités Yang sont en général des personnes plus extraverties, plus ouvertes, aimant se mettre à l’avant.  Ils aiment quand les choses bougent.  Ils préfèrent le changement et l’aventure à une vie routinière.

Voici un tableau non exhaustif des différentes caractéristiques du Yin et du Yang:

Yin

Yang

Intuition Logique
Souplesse Rigidité
Tangible Intangible
Abstrait Concret
Douceur Dureté
Contraction Expansion
Descente Ascension
Immobilité Mouvement
Interne Externe
Lenteur Rapidité
Nourricier Fécondant
Profondeur Surface
Quantité Qualité
Recevoir Donner
Émotionnel Rationnel


Dans notre vie de tous les jours, nombreuses sont les fois où nous oscillons d’un pôle à l’autre.  Il peut même arriver que nous ayons à utiliser les deux formes d’énergie en même temps.  Reprenons l’exemple de l’accident.  Vous avez dû réagir rapidement pour aller porter secours aux victimes.  Lorsque vous vous approchez de la voiture, vous trouvez le conducteur étendu sur le sol.  Vous enclenchez donc les procédures de RCR.  Or, la femme du conducteur se trouvant à vos côtés est prise de panique.  Vous devez alors la rassurer, la calmer, en faisant preuve de douceur et de souplesse.  Au même moment, vous puisez dans vos énergies Yin et Yang.En observant ce tableau ainsi que les caractéristiques vues précédemment, nous comprenons l’importance du lien de complémentarité entre ces deux formes d’énergie.  Imaginez-vous être constamment en train d’utiliser votre énergie Yin.  Dans certaines situations, il est favorable d’utiliser son intuition, d’être souple et doux, de prendre son temps et de laisser parler ses émotions.  Or, imaginez que vous ayez à prendre une décision sur-le-champ.  Par exemple: vous êtes en voiture et soudainement, un accident de la route se produit devant vous.  Vous devez intervenir, le temps que les ambulanciers arrivent.  Dans cette situation, il s’avérerait plus utile de puiser dans votre énergie Yang, de réagir rapidement, d’être rationnel et de prendre action.

Cet exemple nous démontre l’interaction et l’interdépendance de ces deux formes d’énergie.  D’ailleurs, ce que la loi de Polarité nous fait comprendre, c’est qu’en l’absence de ce que tu n’es pas, ce que tu es n’est pas.  Chaque chose a besoin de son contraire pour exister.  En l’absence de l’énergie féminine, l’énergie masculine n’est pas.  En l’absence de l’intérieur, l’extérieur n’est pas.  Nous pouvons faire le lien avec la loi de Correspondance: l’intérieur reflète l’extérieur et inversement, puisque les deux plans coexistent et sont interreliés.  De plus, nous comprenons qu’en l’absence de l’ombre, la lumière n’est pas.

L’ombre et la Lumière

Voilà qui nous mène à saisir une vérité fondamentale: nous avons tous en nous une part d’ombre et de lumière.  Et pour pouvoir avancer sur notre chemin de vie, nous devons prendre conscience de cet état de fait.  Nous sommes des êtres duel, c’est-à-dire que nous abritons en nous la lâcheté et le courage, la colère et le calme, la faiblesse et la force, etc.  À chaque instant, nous pouvons choisir d’aller puiser dans notre côté sombre ou lumineux.  Il est là notre pouvoir: prendre conscience que notre personnalité est double et que nous sommes libres d’expérimenter l’un ou l’autre des aspects qui nous constituent.

Lorsque notre part d’ombre est intériorisée et accueillie comme faisant partie de nous, nous ne projetons plus notre côté obscur sur les autres et sommes plus en mesure de les accepter dans leur entièreté.  Nous cessons de nous mentir à nous-mêmes, de nous juger et de juger nos semblables.  Et pour ce faire, il existe un merveilleux outil qui se nomme « le miroir des relations ».  Lorsque vous faites face à quelqu’un de dur et de méchant, c’est que vous n’avez pas encore intégré et accepté votre propre méchanceté.  Lorsque cela se fera, vous rencontrerez de moins en moins de ces énergies dans votre vie.

Il nous appartient à tous et chacun d’entreprendre notre propre travail de guérison, et cela passe automatiquement par la reconnaissance de notre part d’ombre et de lumière.  Pour pouvoir revenir à l’Unité, il nous faut explorer la dualité.  N’oubliez pas, la dualité est une caractéristique de l’Unité.  Lorsque vous serez en paix avec chaque aspect de votre Soi, vous vous libérerez du monde des illusions et vous rapprocherez de votre vérité.

Le parcours qu’entreprend notre âme, en se projetant dans l’Univers physique, peut être perçu comme une bénédiction ou comme une malédiction.  Nous pouvons croire que nous sommes les victimes d’un jeu cruel, sans but ni sens.  Nous pouvons perdre notre temps et notre énergie à lutter, à tenter de répondre aux attentes de l’ego et espérer trouver le bonheur ainsi.  Or, un autre chemin peut être emprunté: celui de la connaissance, de la compréhension et de la reconnexion.  C’est ce que nous propose l’apprentissage des Lois Universelles, l’analyse des polarités Yin et Yang, ainsi que l’acceptation de notre part d’ombre et de lumière.  Tout cela se rejoint pour former l’harmonie et l’unité au sein de notre expérience quotidienne.

Sans connaissance et compréhension de ces trois éléments qui ne font qu’Un, nous ne pouvons atteindre la liberté, la sagesse et la paix d’esprit.  Nous nous sentons déséquilibrés, désalignés et en perte de contrôle.  C’est pourquoi je partage ces enseignements, que certains de nos prédécesseurs ont eu la gentillesse de nous léguer.  L’étude de ces principes peut nous faire sauver un temps précieux, sur le plan individuel et collectif.

Dans la vie quotidienne

De la théorie à la pratique… Vous détenez à présent les connaissances, maintenant comment les appliquer de façon concrète dans votre quotidien?  Gardez toujours en tête que le but ultime est de basculer de l’état de séparation à l’état originel d’Unité et de maintenir l’harmonie et l’équilibre au sein de l’Univers.

Nombreuses situations que nous vivons jour après jour peuvent sembler paradoxales.  Prenons le cas des relations amoureuses.  Qui peut affirmer, sans l’ombre d’un doute, n’avoir jamais éprouvé quelques frustrations, par rapport au comportement de sa douce moitié?  Pourtant, nous éprouvons un amour sans borne pour cet autre, quoique parfois nous n’avons qu’une envie: lui sauter à la tête!  Comment est-ce possible de ressentir ces deux émotions contradictoires?  Parce qu’elles représentent la même chose, tout simplement.  Elles sont inséparables et coexistent dans le même espace.  En prenant conscience de cela, vous pouvez utiliser la loi de Vibration, pour élever votre niveau de conscience, tout en reconnaissant que votre partenaire a également une part d’ombre en lui.  Au lieu de le juger, regardez-en vous ce que son comportement ou ses paroles vous renvoient.  De plus, questionnez-vous à savoir si son comportement a permis à l’énergie de se rééquilibrer.  Peut-être aviez-vous utilisé l’énergie Yin, la douceur par exemple, et l’énergie Yang devait venir rééquilibrer la situation.  Cela peut expliquer la fermeté dont votre partenaire a usé.

Voyez-vous, dans le même exemple, nous avons jonglé avec les Lois Cosmiques, avec l’ombre et la lumière, avec le Yin et le Yang.  Nous avons utilisé le miroir des relations afin d’analyser ce que nous avions à apprendre dans cette situation, ce qui nous permet par la suite de nous guérir et de nous libérer d’anciens schèmes émotionnels.

Voilà les outils qui nous ont été légués par les anciens, l’héritage offert par ceux et celles qui ont foulé le sol, bien avant notre arrivée en ce monde.  Ce ne sont pas que des concepts, ce sont de réels outils de travail, à utiliser et appliquer dans notre quotidien.  En expérimentant la vie avec un regard différent, en sachant que notre Univers est ordonné et soumis à certaines Lois, vous aurez beaucoup plus de facilité à voguer à travers les nombreuses situations que la vie vous présente.  Votre compréhension s’étant approfondie, vous ne verrez plus votre conjoint, votre patron, vos clients comme des ennemis, mais comme des partenaires.  Vous observerez que nous faisons tous face aux mêmes situations, aux mêmes difficultés et que nous essayons, chacun à notre façon, de nous en sortir.  D’améliorer notre condition, nos relations, notre environnement et de parcourir notre bout de chemin, dans l’amour et l’acceptation de Soi.

En espérant que cet article vous guide et vous aide à cheminer vers une plus grande compréhension et paix intérieure.

 

http://www.lecons-de-vie.com/2017/10/19/les-lois-cosmiques-lharmonie-au-sein-de-lunite/#.Wei6nbFUdOY.facebook

 

Posté par Akbal à 02:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2018

LA PEAU, MÉMOIRE DE NOS ÉMOTIONS

 

 

La peau, mémoire de nos émotions

 

Qu’il rougisse devant un compliment ou vibre sous la caresse, notre épiderme semble exprimer tout ce que nous ne pouvons dire avec des mots. Un langage complexe que l’on commence juste à décrypter.

 

La peau, mémoire de nos émotions

L’amour naît du contact

Jacqueline Nadel, chercheuse au laboratoire de psychobiologie de la Sorbonne, à Paris, en est convaincue : « L’amour naît du contact. » Les tout-petits le sentent bien, qui cherchent à être pris dans les bras et cajolés à longueur de temps. Voilà pourquoi il est recommandé de les masser. Des expériences ont prouvé que cette pratique réduisait le temps d’hospitalisation des prématurés, améliorait leur coordination motrice ainsi que leur attention aux choses. Chez les bébés nés à terme, l’effet relaxant des massages facilite l’endormissement. 
Une pratique que les adultes peuvent adopter pour leur plaisir personnel. Quoi de plus sensuel que de découvrir la peau de l’autre ? Dans le jeu de la séduction, si le désir passe par la vue et la voix, il se concrétise à fleur de peau. Le toucher est alors une forme d’appropriation, un moyen de connaissance et de reconnaissance de l’autre. Certains sexologues conseillent ainsi aux couples en crise de prendre du temps pour se masser et se caresser : le toucher est en effet un moyen d’échange où il n’y a ni dominant ni dominé.

L’étape du “moi-peau”

La peau reçoit, la peau transmet. La peau vibre et la peau vit. La peau reflète nos émotions. C’est ce dont est convaincu le psychanalyste Didier Anzieu, qui a écrit “Le Moi-Peau” en 1974, date à laquelle la psychanalyse a commencé à s’associer à la dermatologie. Sa thèse : notre personnalité se façonne d’abord par une prise de conscience de notre peau, de cette limite dans l’espace de notre identité. En effet, l’image que nous avons de nous-même prend forme – au sens concret du terme – lors des communications peau contre peau entre le bébé et sa maman : c’est ce fameux "moi-peau", une étape du développement qui va permettre à l’enfant d’accéder à d’autres stades de son évolution psychique, puis à la sexualité. 
Ensuite, tout au long de la vie, la peau continuera de refléter les hauts et les bas de notre vie intérieure : le visage rougira sous l’effet de la colère, pâlira sous celui de la peur, le bonheur se lira sur un visage éclatant, alors qu’un teint toujours gris laissera présager un état dépressif.


Blessure intérieure, stigmates extérieurs

Il est classique, aujourd’hui, de considérer que les poussées de psoriasis, d’herpès, d’eczéma ou d’acné sont favorisées par le stress et la contrariété. Mais le docteur Danièle Pomey-Rey, dermatologue et psychanalyste à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, va plus loin. Selon elle, 80 % des maladies de peau ont une origine psychologique : « Celui qui en est atteint est quelqu’un qui a beaucoup de choses à dire, mais qui n’y parvient pas. Il parle alors avec sa peau. » Notre épiderme semble posséder son propre langage, chargé de relayer tous les non-dits de notre vie. Les raisons de cette interaction entre le cerveau et la peau sont simples : ils ont tous les deux la même origine embryologique ! Ils se forment en même temps, au vingt et unième jour du développement de l’embryon.

Et depuis, les informations ne cessent de circuler entre eux… Un stress ? Une émotion ? Le système nerveux va traduire cette information en un langage biochimique, via les neuromédiateurs. Ceux-ci agissent alors sur la peau de telle sorte qu’ils peuvent induire – ou guérir – une maladie cutanée. Ainsi, nous sommes tous susceptibles de développer des allergies ou de voir nos cheveux tomber à la suite d’un choc affectif. Le plus souvent, un traitement aboutit à la guérison. Parfois non. « C’est le degré d’angoisse qui fait la différence », pense Danièle Pomey-Rey.

La présence de tels liens entre peau et cerveau justifie l’existence de la psychodermatologie, travail en duo du psychiatre et du dermatologue pour traiter les affections cutanées sévères ou invalidantes. S’allonger sur le divan pour soigner une acné ? « Non. Avec un patient venu pour un problème de peau, il faut plutôt travailler en face à face et en fonction de ce problème », précise Danièle Pomey-Rey. Elle explique qu’un psoriasis les amènera ainsi à aborder une colère rentrée ; s’il s’agit d’eczéma, il faudra parler de son angoisse ; la perte des cheveux sera liée à une autre perte ; tandis que l’acné pourra apparaître comme une cicatrice visible d’un deuil. Des antidépresseurs légers peuvent être prescrits parallèlement à ces entretiens. Et les résultats se font jour : la peau peu à peu s’améliore, l’image de soi est réhabilitée. Comme une plaie qui se fermerait doucement.

Des messages au cerveau

Nous ne sommes qu’au tout début des découvertes sur ces liens étonnants entre peau et cerveau. Désormais, les recherches sont regroupées au sein d’une même discipline : la neuro-endocrino-psychodermatologie. Des travaux récents viennent ainsi de montrer les effets du parfum sur l’immunité de la peau : une réaction d’allergie cutanée a pu être régulée grâce à la simple inhalation d’une fragrance. Une autre étude montre que, chez des personnes âgées, la réhydratation de la peau augmente sa sensibilité.

Ces champs d’investigation sont passionnants, car ils auront de nombreuses répercussions sur notre vie quotidienne. Comme le rappelle Laurent Misery, professeur en dermatologie et spécialiste du lien peau-cerveau, il semble que les neuromédiateurs – ces messagers chimiques circulant entre peau et système nerveux – peuvent exercer une influence tant sur l’épaisseur des tissus que sur la fabrication du collagène et du sébum, sur la pigmentation de la peau ou sur sa réponse immunitaire. En conséquence, il est fort probable que nos crèmes de soin ne se contenteront bientôt plus d’agir en surface, mais pénétreront en profondeur, à la source du problème lui-même, en stimulant le bon neuromédiateur. 

Maquillage ou tatouage ?

Notre peau ne constitue pas seulement le messager de notre vie intérieure. Elle représente aussi une forme de langage social. Le maquillage, le tatouage ou le piercing sont autant de moyens de communiquer avec autrui et d’exprimer un besoin d’insertion, un désir de différenciation ou une soif de révolte. Même le bronzage a un sens, en révélant un certain style de vie.
La peau peut aussi servir de langage religieux : dans les Evangiles, toute peau malade était montrée du doigt, comme si elle révélait la marque d’une faute ou d’une punition divine. Symbole de notre humanité, la peau a souvent dû être masquée face au divin. Ou bien on lui apposera, tel un sceau, la marque de sa foi. C’est le cas de la tonsure pour les moines ou de la circoncision chez les juifs.
Image de notre identité profonde et superficielle, reflet de notre existence, la peau apparaît de plus en plus comme un lieu de mémoire, où notre vie laisse, au fil du temps, une empreinte indélébile.

Les trois zones de la peau mise à nu

Sa structure, d’une grande complexité, peut se résumer à l’existence de trois zones superposées.

L’épiderme est la couche la plus extérieure de la peau. Malgré sa finesse (0,10 mm), il est d’une extrême résistance. A sa surface se trouve la couche cornée, qui constitue un revêtement protecteur très efficace. L’épiderme est un tissu vivant régénéré en permanence, contrairement au tissu cardiaque qui se renouvelle lentement, et au tissu nerveux qui ne se renouvelle pas du tout. En principe, l’action des cosmétiques se limite à cette première couche. Dans les faits, certaines crèmes atteignent la suivante, mais rarement, car la couche cornée joue avec efficacité son rôle de barrière. Seules les huiles essentielles sont capables de traverser la peau dans sa totalité.

Le derme, plus épais, est composé de nombreuses fibres de collagène et d’élastine. Cette dernière donne à la peau souplesse et fermeté.

L’hypoderme est la couche la plus épaisse et la plus profonde. Elle constitue une zone de stockage remplie d’adipocytes (grosses cellules graisseuses).

Pourvu qu’elle soit douce !

A DÉCOUVRIR

A lire :

- La Santé de la peau de Jacques Bazex et Yvon Gall (Privat)
Le Moi-Peau de Didier Anzieu (Dunod)
La Peau et ses états d’âme de Danièle Pomey-Rey (Hachette).

Offrir à l’autre une peau de velours est un élément de séduction incontestable. D’autant que la pulpe des doigts ne compte pas moins de 250 récepteurs au centimètre carré (c’est la zone du corps où cette densité est la plus importante). Ce qui rend les mains particulièrement sensibles à l’appréciation de ce qu’elles touchent. Vous voulez une peau douce à caresser, belle à voir, bonne à sentir et à croquer ? Vos mots d’ordre : exfolier (au moins une fois par semaine) et hydrater (au moins une fois par jour). Colorées, parfumées, veloutées, les nouvelles crèmes pour le corps ont le chic pour flatter nos sens… 

==> Testez-vous !

Découvrez  ce que votre peau vous dit de vous en identifiant votre profil psycho-affectif dominant. Celui-ci vous éclairera sur le rapport symbolique et émotionnel inconscient que vous entretenez avec elle. Une fois votre profil identifié, vous découvrirez un exercice d’autohypnose facile à réaliser pour prendre soin de vous et de votre peau autrement.

 

http://www.psychologies.com/Beaute/Image-de-soi/Relation-au-corps/Articles-et-Dossiers/La-peau-memoire-de-nos-emotions

 

Posté par Akbal à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2018

L'OUBLI DE SOI

 

 

l'oubli de soi

 

L'oubli de soi

 

« L'oubli de soi est une des plus importantes conséquences du manque d'écoute de ses peurs et de ses besoins, du manque d'attention à ce qui se passe en soi. Il entraine une incapacité à être en relation authentique et crée des relations plutôt superficielles où chacun dépense son énergie à s'occuper de l'autre pour ne pas souffrir, ce qui cause, à la longue, des souffrances beaucoup plus grandes. En effet, celui qui s'oublie ne donne pas d'importance à ses désirs, à ses besoins et à ses émotions; par conséquent la personne qu'il aime ne lui accordera pas la reconnaissance dont il a besoin puisqu'il ne se la donne pas lui-même. Se sentant négligé, il aura peur d'être abandonné. Malheureusement, sa peur n'est pas sans fondement puisque, très souvent, les personnes qui s'oublient elles-mêmes sont aussi abandonnées par les autres. De plus, elles sont d'autant plus démunies qu'elles se trouvent constamment dans des relations où elles finissent par être délaissées sans vraiment savoir pourquoi. Elles ont pourtant tout donné, tout concédé, tout sacrifié; elles ont abdiqué, lâché, renoncé pour sauver la paix et pour ne pas perdre.

(...) Comme l'altruisme, le don de soi et l'abnégation ont été largement valorisés par la culture judéo-chrétienne, les notions d'amour de soi et d'écoute de soi y étant souvent synonymes d'égoïsme. En conséquence, plusieurs personnes sont incapables d'accueillir attention et reconnaissance et de s'occuper de leurs besoins parce qu'elles se sentent coupables, incorrectes, voire fautives.

(...) Il n'y a pas de véritable amour de l'autre sans amour de soi. Celui qui donne sans penser à lui-même est généralement mené de l'intérieur par des émotions désagréables, souvent subtiles, qu'il n'a pas identifiées telles, la peur, la culpabilité, l'insécurité. Son élan vers l'autre, son don de soi n'est pas de l'amour réel mais plutôt un moyen de dissiper ses propres malaises. Alors, ce qui semble être de l'altruisme est, en fait, de l'égoïsme.

Notre éducation a favorisé les introjections à propos de l'altruisme et de l'égoïsme qui nous empêchent d'être nous-mêmes et qui déforment le véritable sens de l'amour. Si nous nous occupons des besoins de l'autre parce que nous avons peur de le perdre ou parce que nous nous sentons coupables ou tout simplement parce que nous ne voulons pas paraître égoïstes, notre action devient un moyen défensif de nous occuper de nous, un moyen de ne plus sentir la peur et la culpabilité, une sorte de pansement qui ne guérit rien parce que ce qu'il tente de cacher n'est pas le véritable problème. En attirant l'attention sur l'extérieur pour dissiper une souffrance intérieure inconsciente, nous n'agissons en aucune façon sur cette souffrance. Au contraire nous l'abandonnons pour nous centrer sur l'autre. Nous manquons ainsi d'amour pour nous-mêmes et notre élan pour l'autre nait de la peur plutôt que d'un sentiment d'amour véritable.

(...) En identifiant la peur, la culpabilité ou l'insécurité nous pouvons l'exprimer ou la gérer plutôt que de prendre inconsciemment des moyens détournés pour ne plus la sentir et ainsi fausser la relation. C'est cette conscience de notre vécu et de nos besoins qui nous donne la liberté de régir nos réactions et qui nous permet de développer l'amour de nous-mêmes sans lequel nous ne pouvons éprouver d'amour réel pour les autres.

Nous aimer nous-même, c'est ne pas nous oublier, ce qui demande beaucoup de vigilance par rapport à notre vécu, notre éducation nous ayant fourni de nombreux pièges qui nous mènent à nous oublier pour éviter de souffrir. L'un de ces pièges est le non-dit. Par peur de blesser, de déranger, de déplaire, de perdre, d'être jugé, ridiculisé, critiqué, par peur du conflit, combien de personnes s'empêchent de dire leurs besoins, de dire leurs émotions, de dire la vérité ? Savent-elles que le non-dit crée une distance et une insécurité et que, par conséquent, il finit par briser les liens qui les unissent à ceux qu'elles aiment ? D'autres personnes, menées par l'anxiété, la pitié et la culpabilité inconscientes, s'oublient en prenant en charge les souffrances, les problèmes et les comportements des autres ou en contrôlant leurs émotions et leurs actions en essayant de les changer. Et que dire de celles qui, pour avoir la paix à tout prix, nient complètement leurs valeurs, leurs rêves, leurs désirs et de celles qui disent toujours « oui » à l"autre pour ne pas qu'il se sente rejeté ? Sont-elles conscientes qu'elles se rejettent elles-mêmes et qu'elles risquent un jour d'être rejetées parce qu'elles ne se donnent pas assez d'importance pour attirer le respect et l'amour ? (...)

Dirigées par des peurs, des culpabilités et des insécurités inconscientes, les personnes qui s'oublient elles-mêmes en ne se donnant pas de place à leur vécu émotif, se condamnent à la perfection et ne se permettent pas l'erreur. Il est plus important pour elles d'être correctes que d'être authentiques, de dépasser leurs limites physiques et psychiques que de se respecter, ce qui fait qu'il n'y a pas de place dans leur vie pour le plaisir, le jeu, la joie, la créativité, la liberté. Elles sont emprisonnées par l'inconnu qui les habite. Démystifier cet inconnu, c'est se donner du pouvoir sur sa vie.

(...) Ne plus nous oublier, c'est nous donner le droit de dire « non », le droit d'être nous-mêmes, le droit de respecter nos valeurs en de réaliser nos rêves. C'est aussi accepter que nous avons parfois besoin d'aide et que nous avons besoin de temps pour apprendre à nous aimer, à nous respecter et, par conséquent, à offrir aux autres un amour vrai, libéré de cette forme aliénante d'altruisme qui nous empêche d'exister pleinement et d'avoir du pouvoir sur notre vie »

 

Extrait de "La liberté dans les relations affectives", par Colette Portelance

 

http://alteretego.canalblog.com/archives/2010/08/19/18842940.html

 

 

 

Posté par Akbal à 18:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]