Problèmes dentaires: dis-moi à quelle dent tu as mal…
je te dirai qui tu es!

 

 

 

Une étude peu ordinaire a commencé lorsqu’on s’est aperçu que des patients atteints de carie, (par exemple la canine supérieure droite) présentait une carie symétrique à la canine supérieure gauche.

Vous trouverez en fin d’article une grille de décodage des dents et leur signification afin de savoir pourquoi vous avez mal.

Peut-être avez-vous remarqué chez vous aussi ce genre de symétrie ? Aucune explication rationnelle ne permettait de supposer qu’une bactérie puisse sauter d’une dent à l’autre et de façon récurrente !

Nous verrons plus loin en détail comment la dentisterie holistique répond à cette question.

Petit détour par les neurosciences pour mieux comprendre les problèmes dentaires.

Tout événement extérieur comme le froid, la chaleur ou l’altitude entraîne une réaction immédiate des cellules sans l’intervention du cerveau conscient.

Il faut savoir que le fonctionnement d’un organe vise toujours à la survie et à l’équilibre de la santé des individus.

Pour ce faire,il peut utiliser des programmes qui lui permettent de modifier sa physiologie de base comme on actionne les vitesses d’un vélo pour s’adapter à la pente .

L’ instinct de survie est géré par notre système neurovégétatif, comme c’est le cas pour les animaux, et ne nécessite aucune intervention de notre part. En d’autres termes, nous n’avons pas besoin de penser pour suer.

Notre particularité d’humain

C’est notre cortex cérébral qui filtre les informations reçues de l’extérieur afin de trouver la réaction appropriée, toujours dans une dynamique de survie de l’espèce (nous nourrir, nous reproduire!)

Vient s’ajouter la parole qui permet à l’humain non seulement de se relier à son environnement mais aussi aux autres humains.

Notre cortex cérébral est aussi destiné à notre fonction apprentissage (d’un savoir faire et d’un métier) ainsi qu’à une éducation comportementale relationnelle.

Tous ces apprentissages sont intimement reliés à des stress que l’on peut qualifier de positifs car il nous poussent à l’action.

  • Le premier stress que l’on rencontre est de pouvoir se nourrir.
  • Le second, c’est assurer un territoire pour nous nourrir et nous reproduire.
  • Le troisième est nous reproduire.

Pour assurer, le second, nous apprenons la compétition, pour le troisième, nous découvrons la relation.

 

Même nos problèmes dentaires viennent de la relation…

Une fois nos besoins de base satisfaits, nous entrons dans la sphère des liens humains avec son lot d’émotions générées par la relation avec les demi dieux de notre enfance : notre père et notre mère qui nous ont aidés (ou pas )à construire qui nous sommes.

Nos blessures de l’enfance peuvent être ravivées dans les relations affectives de notre âge adulte.

Une pensée négative peut alors générer un état émotionnel qui va être interprété comme un stress venant de l’extérieur.

Notre cerveau, au niveau du thalamus et de l’hypothalamus, ne fait aucune différence entre un élément stressant virtuel de ma création (mon émotion) et un stress extérieur.

Dans les deux cas, il va réagir et va actionner les programmes qui modifient notre physiologie de base.

Ainsi, ce que nous pensons d’un événement mobilise une réaction de notre physiologie au même titre que l’évènement lui-même. C’est la raison pour laquelle, au sortir d’une rupture, nous pouvons :

  • retrouver la joie de vivre
  • sombrer dans la dépression

Nous retrouvons ici le décodage biologique qui stipule que: 

 Le stress émotionnel peut être à l’origine de nombreux troubles biologiques.

Mais mes dents et mes problèmes dentaires dans tout ça ?

  

 

Aujourd’hui je me nourris (avec l’argent du fruit de mon travail), me défends et rentre en relation grâce à mon cortex et à ma parole.

Cependant, en cas de stress, nous avons vu que j’ai un animal archaïque basé au cœur de ma biologie qui  prend le pas sur mon cortex. Ma dentition en est un vestige.

Mes dents me ramènent à ma nature animale qui vit en meute (en famille, en clans, en pays). A ceci près, que les liens de la « meute » sont teintés de mémoires émotionnelles douloureuses.

Il existe deux types de mémoires, une qui concerne les acquis dans cette vie, l’autre innée issue  de la généalogie.

La forme de mes racines peut être décodée afin que je puisse retrouver l’histoire de mes aïeux, particulièrement celles qui touchent à la survie.

Mes dents portent en elles mes mémoires inconscientes de cette vie, celles qui sont survenues avant que je ne puisse les mettre en mots grâce à mon cortex.

 

A quoi sert le décodage pour mes problèmes dentaires ?

En interrogeant ses patients à propos des évènements de leur vie, Estelle Vereeck, docteur en chirurgie-dentaire, a mis en corrélation des pathologies dentaires avec la réactivation de certaines blessures.

Le but est de considérer la dent à soigner non pas comme une entité séparée mais de la replacer au sein d’un humain dans sa globalité en traitant aussi les émotions qui peuvent être la cause des pathologies dentaires.

Nous sommes donc dans une dynamique thérapeutique, qui, loin de se substituer aux soins, l’enrichit d’une compréhension plus holistique.

Mes maux physiques sont l’expression d’une souffrance psychique ou émotionnelle dont je n’ai pas encore conscience ou que je ne suis pas en capacité de gérer.

Le décodage dentaire facilite la guérison car il ramène ma responsabilité dans la pathologie en question.

Il n’est pas question de remuer stérilement le passé mais plutôt de m’intéresser à ce que mes dents ont retenu de mon histoire non consciente.

Il est ainsi possible de jouer avec les mots :

  • Mal de dents = mal dedans
  • mal à la dent = mal à l’Adam

  

Faire un travail sur soi grâce à l’analyse psychodentaire

 

Cette recherche  est la spécificité d’Estelle Vereeck. Elle a développél’analyse psychodentaire.

Vous pouvez la retrouver sur son site:

http://www.holodent.fr

Contrairement aux cellules de notre corps qui se régénèrent, nos dents ne se renouvellent pas. Nous avons un nouveau foie toutes les six semaines mais nos dents restent telles quelles. Elles procèdent par empilement.

Dans leur structure cristalline, elles enregistrent notre vécu et nos stress même si celui-ci date de notre vie intra-utérine à un âge où elles ne sont pas encore formées.

Couche après couche les stress sont cristallisés à l’intérieur de la dent. C’est là que nos problèmes dentaires apparaissent.

Nos mécanismes de défense tendent à camoufler les blessures pour nous soulager mais nos problèmes dentaires peuvent révéler des attachements encore puissants à une fusion parentale jamais atteinte, à un deuil non fait ou à un besoin de reconnaissance.

Grâce aux dents,  est possible d’avoir accès à nos trois premières années sans souvenirs conscients. Nous pouvons décoder aussi nos croyances, nos blessures et nos manques car c’est là que s’est construit notre rapport au monde .

Chaque dent est une facette de notre personnalité, un aspect de nous-mêmes . La dent qui s’abime parle d’une souffrance dans ce domaine précis de ma vie.

 

Concrètement, que signifient mes problèmes dentaires ?

Voici ce qu’en dit Estelle Vereeck:

 

Un implant résout un problème en surface mais pas dans la profondeur. Sans ligament qui relie la racine à l’os, l’implant est perçu comme une forme d’agression sans que le corps puisse faire un lien d’appartenance avec.

Même si l’implant tient en silence (sans rejet violent), le problème psychologique associé n’est peut être pas résolu.

Même si la dent a été extraite, l’énergie est resté ancrée dans la zone de la dent. Prenons l’exemple de la 1ere molaire en haut gauche, la dent du père.

Si je cherche à la remplacer par un implant sans faire le deuil de mon père ou de ma relation avec lui (symbolisée par une perte de la dent), je cours le risque de voir cetteémotion toucher un autre organe.

Je peux aussi rejeter l’implant sans comprendre pourquoi.

Il est judicieux que je m’intéresse au sens symbolique de la dent à remplacer.

Le déchaussement exprime un sentiment de peur et d’impuissance face aux évènements sur lesquels je n’avais aucun contrôle.

Il est souvent question d’une violence subie que je retourne contre moi-même dans l’impossibilité d’exprimer ma colère.

Les abcès sont reliés à mes émotions, mes colères, mes dénis. Avant de faire taire la douleur, il est important de chercher le nœud émotionnel qui en est la cause.

Pour cela, il suffit de connaître la signification de la dent touchée.

 

Problèmes dentaires pas si ordinaires: la carie

C’est la façon qu’a mon corps de me venir en aide : détruire les cristaux des dents pour détruite la mémoire dont ils sont porteurs.

Si j’enferme ma dent dans un métal, je tente par cela d’empêcher les émotions à traiter de refaire surface.

Il convient d’abord d’ôter les amalgames métal pour débloquer les mémoires afin de les transformer.

L’implantation des dents a un rapport direct avec la façon dont ma personnalité a été confrontée à la souffrance:(manque, négligence, abandon, rejet) de la petite enfance.

Si mes dents sont trop en avant et nécessitent un appareil, il est question d’un besoin de reconnaissance.

Si au contraire, mes dents sont rentrées à l’intérieur, elles cachent un problème de dévalorisation. Forcer les dents à se remettre en ordre en donnant un ordre contraire àce qui a été vécu génère un conflit, si le problème émotionnel n’est pas traité.

En cas de douleur, il est possible d’agir en comprenant la signification de ce qui est ravivé. Avant de la faire taire, il est important de trouver le nœud émotionnel qui en est la cause.

Prenons l’ exemple d’une douleur dentaire au niveau de première molaire en haut à droite. Si elle n’est pas « soignable », le dentiste peut me proposer de l’enlever.

Si j’avais écouté le message de ma dent, j’aurais pu décoder que c’était la dent de la mère. J’aurais su alors qu’une mémoire d’enfant venait d’être réactivée et j’aurais sans doute pu sauver ma dent.

Pour vous faciliter la tâche, si vous êtes prêt(e)s à vous précipiter sur le miroir :

  • mâchoire inférieure droite, zone du papa
  • mâchoire inférieure gauche, zone de la maman
  • mâchoire supérieure droite, zone de la mère
  • mâchoire supérieure gauche, zone du père

 

 

 

A votre avis, quel est le problème de cette personne ? (réponse au bas de l’article)

Alors, prêts à dialoguer avec vos dents?

Vous pourrez le faire avec les dentistes qui se penchent aujourd’hui sur la psychologie  des dents.

Nous avons vu que nos dents sont en étroite relation avec nos états d’être et que chaque dent abîmée ou enlevée porte la trace de nos blessures de la petite enfance.

Vous serez sans doute surpris(es) car les indications gardées dans le cristal des dents sont souvent différentes de nos souvenirs.

Pourtant, les dents ne trichent pas, elles sont un état des lieux de notre état psychique.

La prochaine fois que vous amenez vos enfants (ou vous-mêmes) chez le dentiste, pensez à vérifier si les dents n’auraient pas un petit message à vous faire passer.

Réponse : problème au père dans les deux mâchoires.

 

https://www.forme-sante-ideale.com/problemes-dentaires-dis-moi-quelle-dent-mal-qui-tu-es/